Se connecter S’abonner

Pour 55% des Français, la rénovation des logements mal isolés est une priorité

Il s’agit de la principale mesure à mettre en œuvre dans les cinq prochaines années, selon une étude BVA pour Drimki.

maisons
Crédit: iStock.

La rénovation des logements mal isolés est une priorité pour les Français, selon une étude BVA pour Drimki, rapportée par BFM Business. Pour 55% d’entre eux, il s’agit de la principale mesure à mettre en œuvre dans les cinq prochaines années. « Cet avis est d’ailleurs partagé par l’ensemble des strates de la société. Les personnes âgées de plus de 65 ans sont d’ailleurs 69% à penser que c’est une priorité dans le domaine du logement pour les années à venir », souligne l’enquête.

Cependant, s’ils souhaitent des logements mieux isolés, les Français ont des réticences sur le coût des travaux. En effet, pour 71% d’entre eux, c’est le frein principal les dissuadant le plus de passer à l’action. « Cette opinion est encore plus partagée chez les Français âgés de plus de 50 ans (81%) », explique l’étude. Autre frein : l’ampleur des travaux pour 31% des sondés.

Des aides de l’Etat

Par ailleurs, pour environ un quart des Français, le manque d’informations sur les aides ou encore les diagnostics est un élément bloquant. Enfin, 19% des propriétaires redoutent de rencontrer des difficultés à trouver des prestataires. Un constat partagé par 26% des habitants d’Ile-de-Fance, 25% des 50-64 ans et 22% des femmes.

Afin d’encourager les propriétaires à se lancer dans des travaux, 44% des Français estiment qu’il faudrait déduire une partie des frais engagés de leurs impôts. Un élément cité chez 54% des plus de 65 ans et 49 % des CSP+. Par ailleurs, pour 40% des sondés, il serait primordial de disposer d’une aide de l’Etat. Un « élément pour lequel le gouvernement a d’ailleurs déjà œuvré avec la mise à disposition de la Prime Rénov’ pour tous depuis 2021 », note Drimki. Enfin, la proposition de prêts à taux zéro et l’obtention d’une exonération de la taxe foncière le temps de réaliser des travaux seraient des mesures à mettre en place pour 34% et 24% des personnes interrogées.