Se connecter S’abonner

Loyers impayés : vers une hausse des expulsions en Europe ?

Protégés des expulsions pendant la crise sanitaire, les ménages concernés par les loyers impayés pourraient y être confrontés durant les prochains mois. Des prévisions relayées par la Fondation Abbé-Pierre.

loyers impayés
Crédit photo : Istock

C’est un rapport annuel alarmant. Si la pandémie et ses confinements successifs avaient permis aux plus démunis de conserver leur logement, la fin progressive de l’épidémie fait craindre à la Fondation Abbé-Pierre et à la Fédération européenne des associations nationales travaillant avec les sans-abri (Feantsa) une recrudescence des expulsions en Europe, et ainsi dans l’Hexagone. Jeudi 30 juin, à la lecture du rapport annuel portant sur le mal-logement en Europe (il s’agit de la septième édition), la Fondation Abbé-Pierre explique d’abord que les expulsions sur le Vieux Continent ont diminué en 2020, rapporte La Croix. En France, elles ont même été divisées par deux, explique ce même rapport.

« La crise du Covid a permis de mettre en évidence la prise de conscience des États face à la vulnérabilité des personnes sans abri », souligne Sarah Coupechoux, responsable Europe au sujet du mal-logement en Europe pour la fondation. En revanche, la fin de la pandémie a accéléré les expulsions car les mesures d’urgence ont été levées.« La réactivité des institutions et de l’ensemble des acteurs du secteur lors des confinements en 2020 n’a malheureusement pas opéré les changements systémiques escomptés », dénonce le rapport. Car les mesures temporaires n’ont eu pour seul effet que de différer les procédures, sans résoudre le problème.

8,3 % des ménages en défaut de paiement

Pourtant, les mauvais payeurs sont de plus en plus nombreux. D’ailleurs, depuis 2020, « 8,3 % des ménages pauvres se trouvent en situation d’impayés de loyer ou de remboursement d’emprunt immobilier », énumère Sarah Coupechoux. Soit, entre 2019 et 2021, une part qui a augmenté de 20 %. De plus, le pouvoir d’achat des ménages est fortement impacté, et les dépenses concernant le logement ne cessent de croître (+ 16 % entre décembre 2019 et décembre 2021). « A cela vient s’ajouter une flambée des prix, notamment la hausse des prix de l’énergie qui va peser sur le budget des ménages alors que leur revenu stagne »,ajoute Sarah Coupechoux.

Fin juin, l’ONU recensait plus de 6 millions d’Ukrainiens déplacés à l’intérieur du pays depuis le début de l’invasion russe. « C’est un argument supplémentaire pour alerter les pouvoirs publics sur la crise du logement. Il va y avoir une vraie pression sur l’immobilier dans des pays où les dispositifs d’hébergement sont déjà saturés », explique Sarah Coupechoux. En Pologne, par exemple, 3 millions de réfugiés venant d’Ukraine étaient recensés.