Se connecter S’abonner

Accès à la propriété : le retour des aides des entreprises aux salariés

Alors que l’accès à la propriété est rendu difficile par la situation économique, le recours à une aide de l’entreprise de l’acquéreur pourrait se développer.

complément de loyer

Facilité par la situation économique et la politique financière de ces dernières années, l’accès à la propriété se complique depuis quelques mois. La remontée rapide des taux sur les crédits immobiliers et l’exigence d’apports toujours plus importants compliquent la tâche des acheteurs. Au point qu’une aide à l’achat immobilier peut devenir un argument de poids pour les entreprises cherchant à séduire ou à récompenser leurs salariés. Le concept n’est pas nouveau, rappelle Le Figaro. Le dispositif Action Logement fait participer depuis 1943 les employeurs à « l’effort de construction ».

L’accès à la propriété comme levier de recrutement

Mais le programme de l’Etat relève davantage de la « subvention » que d’une véritable aide de l’entreprise à ses salariés, relève Saskia Fiszel, cofondatrice de Virgil. Celle-ci propose aux entreprises de co-investir dans les biens immobiliers des employés. Cela avec le concours de la Société financière pour l’accession à la propriété, filiale de la Banque postale. Son dispositif « Talents » peut mensuellement ou annuellement verser une contribution au prêt ou à son assurance, tandis que Virgil offre son accompagnement et son expertise.

Encore assez confidentiel, ce concept pourrait se révéler bien populaire, à en croire un sondage Opinionway commandé par les deux entreprises. Selon cette étude, 74% des jeunes actifs urbains estiment que leur employeur devrait les aider à devenir propriétaires. Mais, surtout, plus de deux tiers d’entre eux jugent que ce type d’aide serait plus précieux que les habituels avantages proposés qui concernent essentiellement les loisirs. Par ailleurs 63% des sondés se disent prêts à quitter leur entreprise actuelle pour une autre qui proposerait ce type de système. « Pour l’entreprise, l’aide qu’elle apporte est surmultipliée grâce à l’effet de levier du crédit. Pour des sociétés qui peinent à recruter ou à fidéliser des talents, ce genre d’offre peut faire la différence », affirme au Figaro Saskia Fiszel.