Se connecter S’abonner

Immobilier : les prix ont bondi dans les stations balnéaires

En matière d’immobilier, le prix moyen au mètre carré dans les stations balnéaires est de 4.467 euros au 1er juin 2022. Une hausse de +13 % en un an.

immobilier

La canicule pousse les acheteurs en immobilier à se focaliser sur les communes du bord de mer. De plus en plus de Français ont un attrait pour les zones littorales, constate la Fédération nationale des agents immobiliers (FNAIM). Une étude du marché, effectuée dans 480 communes, indique que le prix moyen au mètre carré dans les stations balnéaires est de 4.467 euros au 1er juin 2022 (4.549 euros pour les appartements et 4.388 euros pour les maisons), rapportent Les Echos. Il atteint 3.020 euros dans le reste du territoire. Les tarifs dans ces communes se sont envolés sur un an (+13 %).

Dans ces stations balnéaires, 47 % des biens immobiliers représentent des résidences secondaires, contre 10 % dans le reste de la France. A noter qu’un tiers des résidences secondaires françaises sont situées dans ces 480 communes. L’« effet Covid » a fortement contribué à une hausse des prix. Pour rappel, entre avril 2018 et mars 2020, la période avant la crise sanitaire, les prix dans ces stations avaient gagné 6,9 %. C’est moins que les 7,5 % constatés sur l’ensemble du territoire.

De mai 2020 à avril 2022, les prix ont crû de 24,2 %

« Dans les vingt-quatre mois suivant la crise, de mai 2020 à avril 2022, les prix dans les stations balnéaires ont crû de 24,2 %, contre 14,6 % pour la France entière. Une accélération par ailleurs tirée par l’augmentation des prix sur les maisons », indique l’organisation. Le risque de submersion lié au réchauffement climatique n’a pas d’impact sur les prix.

En Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA, 5.429 euros/m2 au 1er juin 2022) et en Nouvelle-Aquitaine (5.307 euros), les prix sont les plus élevés. La Normandie (3.440 euros) et la Bretagne (3.467 euros) restent bon marché. Le prix moyen est de 3.796 euros/m2 dans les Hauts-de-France, 4.393 euros dans les Pays de la Loire, 3.638 euros en Occitanie et 4.292 euros en Corse, précisent Les Echos.

« Un début de rattrapage semble s’amorcer pour les littoraux du Nord-Ouest, avec une forte accélération des prix sur le littoral en Bretagne et dans une moindre mesure en Pays de la Loire, en Normandie et dans les Hauts-de-France », ajoute l’étude.

Par commune, les prix les plus élevés dans les Hauts-de-France se situent au Touquet (8.211 euros/m2). En Normandie, Deauville tient la tête (6.379 euros), l’Île-aux-Moines en Bretagne (6.253 euros), La Baule-Escoublac dans les Pays de la Loire (6.412 euros), Lège-Cap-Ferret en Nouvelle-Aquitaine (11.729 euros), Vic-la-Gardiole en Occitanie (5.397 euros), et Saint-Jean-Cap-Ferrat en PACA (16.581 euros). Enfin, en Corse, Bonifacio (7.732 euros) se classe première.