Se connecter S’abonner

Immobilier européen : découvrez le bilan de la hausse des taux

Entre janvier et juillet 2022, la capacité d’achat en mètres carrés a reculé de 5 m² en France. Elle est de 13 m² en Allemagne et 14 m² en Belgique.

bois de chauffage

Entre la guerre en Ukraine et l’inflation galopante, la confiance des ménages européens et leur pouvoir d’achat immobilier sont touchés. En France, mais aussi en Allemagne et en Belgique, c’est le cas. Ces trois pays ont été ciblés par le groupe Aviv (SeLoger et Meilleurs Agents) dans son premier baromètre des prix immobiliers européens, rapporte Les Echos.

Dans l’ensemble de ces marchés immobiliers, les candidats à l’achat d’un logement font face à la hausse des taux d’intérêt du crédit immobilier depuis cette année. « Ce renchérissement implique déjà des modifications du pouvoir d’achat pour les ménages français, allemands et belges », expliquent les auteurs du baromètre. Entre janvier et juillet 2022, la capacité d’achat en mètres carrés a reculé de 5 m² en France et de 1 m² pour Paris, passant respectivement de 64 m² à 59 m² et de 19 m² à 18 m².

« Les taux de crédit vont continuer leur hausse »

En revanche, en Allemagne, la perte est de 13 m² pour l’ensemble du pays, passant de 62 m² à 49 m² et de 9 m² pour Berlin, de 41 m² à 32 m². La Belgique accuse, elle aussi, une baisse prononcée du pouvoir d’achat immobilier : -14 m² à l’échelle de tout le territoire (de 102 m² en janvier 2022 à 88 m² en juillet 2022) et de -10 m² pour sa capitale bruxelloise (de 70 m² à 60 m²).

« Les taux de crédit vont continuer leur hausse, analyse le baromètre, eu égard aux décisions de la Banque centrale européenne qui impliquent des changements majeurs pour les conditions de crédit, et conséquemment, pour les marchés du logement. » Fin juillet, la BCE a remonté par surprise ses taux directeurs de 50 points de base dans le cadre de son premier tour de vis en onze ans. La France se dirige dans la même direction que les Etats-Unis.

Récemment, le gouverneur de la Banque de France a annoncé que les taux d’intérêt immobiliers en France pourraient atteindre 3 % à fin 2022 (versus 1,7 % aujourd’hui). « Un changement de cette ampleur, souligne le baromètre du groupe Aviv, signifierait une baisse mécanique de 13 % dans la capacité d’achat des ménages par rapport à la situation actuelle. »

La volonté des Européens d’acheter plus grand et avec plus de verdure

Jusque-là, dans les trois pays, les prix immobiliers n’ont pas cédé. Entre janvier et juillet 2022, ils ont encore augmenté en France (+ 1,7 %), en Belgique (+ 1,8 %) comme en Allemagne (+ 3,4 %). Les tendances post-Covid, qui se traduisent par la volonté des Européens d’acheter plus grand et avec plus de verdure, se confirment.

Mais le baromètre nuance : « Les premiers signes d’un ralentissement, tant du point de vue de l’activité que des prix, ont commencé à apparaître au premier semestre de l’année dans certains pays comme en France et en Allemagne. » Dans l’Hexagone, le marché parisien cède 0,4 % à 10.192 euros par m² (entre janvier et juillet 2022). De même, outre-Rhin, les prix reculent à Hanovre (-1,8 % à 4.019 euros par m²), à Essen (-0,5 % à 2.954 euros par m²) et à Düsseldorf (-0,9 % à 5.206 euros par m²). En revanche, Berlin reste sur une tendance haussière (+3,5 % à 5.071 euros par m²), de même qu’en Belgique, Bruxelles (+4,4 % à 3.428 euros par m²).