Se connecter S’abonner

Immobilier : l’accès à la propriété, un rêve mis à mal par la hausse des taux d’intérêts

Pour que son achat immobilier devienne plus rentable qu’une location, il faut désormais attendre en moyenne 14 ans. Soit dix ans de plus qu’en 2020.

immobilier
Pixabay

C’est un souhait que partagent de nombreux Français : acheter un bien immobilier. Mais pour y parvenir, la trajectoire est plus compliquée qu’auparavant. C’est en tout cas ce que révèle le neuvième baromètre Acheter ou louer établi par Meilleurtaux.com, relayé par Le Parisien, mardi 6 septembre 2022. Ainsi, en 2022, il faut conserver son bien environ 14 ans pour que posséder une résidence principale devienne davantage rentable que sa location. Pour comparaison, en 2020, il fallait compter uniquement 4 ans et 4 mois en moyenne. « Nous sommes clairement à un tournant », commente Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux.

Rentabiliser son achat immobilier

Ce baromètre, créé pour les 32 plus grandes villes de l’Hexagone va ainsi considérer un appartement de 70m2, en se calquant sur les données du marché de chaque ville et les hypothèses d’évolution du marché immobilier dans celles-ci. « Le grand changement cette année qui explique ce retournement de tendance, c’est la hausse des taux d’emprunt, décrypte Maël Bernier. Avec, en parallèle, des prix qui ont poursuivi leur augmentation dans de nombreuses villes moyennes en plein essor depuis le Covid. En 2014 et 2015, les taux étaient plus élevés mais les prix plus bas et les perspectives de hausse plus grandes. » De plus, le prix des loyers est resté plus ou moins le même « avec de plus en plus de villes comme Paris, Lille ou Lyon qui mettent en place un encadrement de leur évolution. » Ainsi, il faudra attendre davantage de temps pour rentabiliser son achat immobilier.

Certaines villes parviennent néanmoins à mieux s’en sortir, à l’image de Nîmes (Gard), Reims (Marne), ou enfin Limoges (Haute-Vienne). D’autres, à l’inverse, voient la durée de détention nécessaire pour ne pas être (trop) perdant se rallonger. Nos confrères citent en ce sens Rennes, Lille ou Rouen. Encore, à Orléans (Loiret), où le prix au mètre carré a augmenté de près de 300 euros en un an, le temps nécessaire pour rentabiliser leur achat par rapport à la location est passé de deux ans à 18 ans en un an. C’est encore pire à Bordeaux (20 ans) et à Nantes (28 ans). « Plus nous sommes dans des grandes villes, plus il faut garder son bien longtemps pour rentabiliser l’achat », analyse Maël Bernier.

Mais alors, pourquoi Angers (Maine-et-Loire) occupe-t-elle la première place du classement ? « C’est le cas d’école du Covid par excellence, avec beaucoup de gens qui sont venus s’installer et des prix qui ont augmenté de 16 % en 2020 et de 20 % en 2021 », ajoute-t-elle. Désormais, il faut ainsi détenir son bien immobilier pendant 28 ans pour que l’achat soit plus rentable que la location dans la cité angevine. Alors le rêve de l’accès à la propriété est-il terminé ? Pas forcément. « Acheter lorsqu’on est dans la vie active, c’est se garantir d’avoir un toit en cas de baisse de revenus, lorsqu’on est au chômage ou à la retraite », explique Maël Bernier. Et de conclure : « Et même si la location peut se révéler moins coûteuse, à la fin, le jour où vous quittez votre logement, vous n’avez plus rien ! »