Se connecter S’abonner

Crédit immobilier : le taux d’usure, motif principal des refus ?

Après une demande de crédit immobilier, 45% des dossiers seraient refusés par les banques en raison du taux d’usure. Un chiffre à relativiser ?

crédit immobilier
Crédit : iStock.

Se voir accorder un crédit immobilier, le parcours du combattant ? Depuis le début de l’année, les refus des banques s’enchaînent pour les aspirants propriétaires. Ainsi, 45% des demandes effectuées auraient été rejetées en raison du taux d’usure, expliquait un sondage Opinion System relayé dans la presse. Pour rappel, il s’agit du taux maximal au-dessus duquel une banque ne se risque pas à prêter. Mais ce chiffre que l’on voit partout est-il crédible ?

Courtiers et particuliers face aux refus de crédit immobilier

Pour le gouverneur de la Banque de France, qui a répondu aux questions de Ouest-France, pas vraiment. L’institution qu’il dirige effectue tous les trois mois un calcul du taux d’usure, qu’elle relaye. Il faudra attendre le 1er octobre pour la prochaine mise à jour. Pourtant, ce chiffre très répandu constitue une erreur d’interprétation. Car si les 45% sont bien mentionnés dans le sondage d’Opinion System que nos confrères du Figaro a pu consulter, ils correspondent à la part des courtiers interrogés par le sondeur, estimant le taux de refus entre 20 et 30%. Il s’agit de la réponse la plus donnée, parmi les quatre choix proposés, devant « 40% à 50% », citée par 27% de courtiers.

Chez les courtiers, on se montre plus prudent au sujet de la contestation. Ils réaffirment ce chiffre, jugeant même que celui-ci est en-deçà de la réalité. Ce qui est plutôt curieux quand on sait que le sondage a été commandé par des courtiers. L’un des mastodontes du secteur, Cafpi, chiffre aujourd’hui à 50% le taux de refus. Pareil chez Vousfinancer. « Ce chiffre de 45% n’est plus d’actualité car la situation sur le marché du crédit s’est aggravée depuis la mi-juillet et le taux de refus est parfois supérieur à 45%, a commenté Sandrine Allonier. L’un de nos courtiers nous a remonté un taux de refus potentiel de 70% sur la base de simulations ».