Se connecter S’abonner

Passoires thermiques : quels sont les logements-types classés G ?

Alors que les passoires thermiques ne seront plus autorisées sur le marché locatif à compter de janvier 2023, tour d’horizon de ces logements énergivores.

immobilier
Le nouveau DPE. Crédit : Ministère de la Transition écologique

Les passoires thermiques les plus énergivores font trembler leurs propriétaires. Et pour cause : « À partir de janvier 2023, les logements les plus énergivores ne pourront plus être mis en location », a d’ailleurs rappelé Audrey Zermati, directrice stratégie du groupe Effy. Celui-ci s’est ainsi intéressé aux 511.000 logements classés G+ que compte la France, dont 191.000 sont actuellement occupés par des locataires (37%). Dans le détail, 63% de ces logements sont des maisons avec une surface comprise entre 60 et 100 m².

Des passoires thermiques réparties de façon homogène sur le territoire

Premier constat du n°1 de la rénovation énergétique, les logements classés G+ concernent une part importante (60%) de bâtisses érigées avant 1948 qui se chauffent au gaz (46 %) ou au fioul (33 %). Si 63% d’entre eux sont occupés par leurs propriétaires, 37% appartiennent au parc locatif et seront les premiers à être soumise à l’interdiction de location précédemment évoquée.

Mais face à l’interdiction de louer qui se profile, il existe toujours des solutions. « Au même titre que les propriétaires-occupants, ils ont accès à un panel d’aides financières pour rénover leur logement et ainsi changer rapidement de classe énergétique. À l’issue des travaux, le logement pourra ainsi rapidement être remis en location, en apportant aux occupants locataires un niveau de confort plus acceptable et des factures moins importantes », rappelle la directrice stratégie du groupe Effy.

Dans l’Hexagone, ces logements mal classés sont disséminés de façon plutôt homogène. Il en existe dans les villes mais aussi dans les zones rurales comme la Creuse, le Cantal, la Nièvre et l’Allier. En revanche, il existe peu de logements classés G+ dans les Bouches-du-Rhône, la Corse-du-Sud, la Haute-Corse, le Gard et l’Hérault.