Se connecter S’abonner

Crédit immobilier : le marché en quête d’un nouveau souffle

De nombreux Français souhaitant accéder à la propriété se voient refuser leur demande de crédit immobilier par les banques.

crédit immobilier
Crédit : iStock.

Des mois déjà que le marché immobilier est tendu. En raison de l’envolée des taux, les refus s’enchaînent et les banques demandent aux aspirants propriétaires un apport plus conséquent. « Malgré une revalorisation du taux d’usure, la production de crédits n’arrive pas à rebondir », relate Le Figaro Immobilier, d’après une étude de l’Observatoire Crédit Logement. Si on écoute les courtiers, les banques sont de plus en plus nombreuses à proposer des taux avoisinant les 2,5% sur 20 ou 25 ans. Si l’on y ajoute les frais de dossier et de garantie ainsi que l’assurance, le nouveau taux d’usure, fixé à 3,05% est facilement dépassé. De quoi augurer de nombreux refus.

Le gouvernement veille à la question de l’accès au crédit immobilier

Le gouvernement n’est pas insensible à la situation. D’ailleurs, Olivier Klein, le ministre du Logement a fait savoir qu’il souhaitait une mise à jour plus régulière du taux d’usure, de façon mensuelle plutôt que trimestrielle. Le tout, afin de davantage se calquer sur la réalité du marché. « Nous sommes vigilants à la question de l’accès au crédit immobilier, notamment pour les primo-accédants », avait-il déclaré à nos confrères, prévoyant « d’échanger régulièrement dans les prochains mois » avec François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France avec qui il s’est entretenu récemment.

Mais le marché immobilier pourrait en pâtir si la situation ne s’améliore pas. « Soit les vendeurs accepteront de baisser leurs prix et les volumes vont se maintenir, soit ils resteront inflexibles, ne vendront pas et les volumes chuteront, analyse l’économiste Pierre Sabatier, qui a fondé le cabinet d’analyse économique PrimeView. Les prix reculeront une fois que les vendeurs auront accepté qu’ils ne peuvent pas demander les prix qu’ils exigent. »