Se connecter S’abonner

Immobilier : les appartements neufs toujours plus chers

Alors que les constructions neuves sont ralenties par de nombreux facteurs, le prix de l’immobilier neuf et, en particulier des appartements flambe.

immobilier
Crédits : iStock.

Encore une mauvaise nouvelle pour les acquéreurs de biens immobiliers. En particulier pour ceux qui souhaitent se tourner vers l’achat d’un appartement neuf, explique le Dauphiné Libéré, mercredi 23 novembre. En 2022, la production de logements neufs a ainsi baissé de près de 3 %, sur les trois premiers trimestres de l’année. Plus précisément seules 110.000 mises en chantier avaient été enclenchées fin septembre, d’après le Laboratoire de l’immobilier, un service d’études.

Dans la 7e édition de son baromètre sur les prix de l’immobilier neuf dans plus de 100 villes de France, il associe d’abord la hausse des coûts de construction à la raréfaction de l’offre. Mais ce n’est pas le seul facteur qui explique cette dernière : il faut également penser à l’inflation, à la pénurie de matériaux et au manque de main d’œuvre. Lesquels se traduisent par une hausse continue des prix de l’immobilier neuf.

L’immobilier neuf plus cher à Paris

Ainsi, le prix moyen d’un appartement neuf dans les communes de plus de 45.000 habitants s’élève aujourd’hui à 5.495 € le m², alors qu’il était de 5.195 € le m² l’an dernier à la même période, soit une hausse de 5,7 % sur douze mois. « En mai dernier, nous avions relevé une hausse de 7 % sur 12 mois glissants… l’évolution des prix se poursuit donc à un rythme toujours soutenu, analyse le chargé d’études du Laboratoire de l’immobilier, Kevin Brulin. En trois ans, depuis la première édition de notre baromètre, les prix de vente ont progressé de 18 % ! »

Et, sans surprise, c’est à Paris que l’immobilier neuf est le plus cher. Premier du top 15, il faut compter un prix moyen de 13.475 € le m² pour un appartement, ce qui correspond à une hausse de 7,8 %. En fait, selon l’étude, étant donné que peu de logements neufs y sont produits, le prix moyen au sein d’un arrondissement peut être particulièrement touché par une seule opération. Lyon et Nice complètent le trio de tête du baromètre avec respectivement 6.792 € le m² et 6.515 € le m², soit + 6,4 % et + 6,8 % sur un an.

Deux tiers des plus grosses communes de France ont dépassé le seuil des 5.000 € du m²

« Il y a trois ans, seules trois communes affichaient un prix moyen supérieur à 5.000 € le m². Aujourd’hui, près des deux tiers des plus grosses communes de France métropolitaine ont franchi ce seuil », détaille Kevin Brulin. C’est le cas de Strasbourg, 9e du top 15 du Laboratoire de l’immobilier où les appartements neufs sont affichés à des prix moyens de 5.066 € le m2 soit + 6,9 % sur un an.

Mais pas encore au niveau de Grenoble, 13e du classement où il faudra débourser 4.481 € le m2, ce qui correspond à une hausse de 5,7 % sur un an. L’évolution la plus modérée du top 15 revient à la ville de Rennes, où le prix au m2 n’a augmenté « que » de 4,8 % sur un an, à 5.297 € le m², la plaçant néanmoins en 6e position des villes les plus chères.

A Mulhouse, Saint-Etienne, Besançon, Vaulx-en-Velin, Dijon, Vénissieux et Colmar, les prix de l’immobilier neuf augmentent significativement, avec des prix du mètre carré variant entre 3.175 € du m² pour Mulhouse à 4 574 € du m² pour Colmar. En Lorraine, Nancy et Metz connaissent des hausses respectives de 2,9 % et de 3,2 %, soit 4.089 € du m² et 3.883 € du m². Enfin, le Laboratoire de l’immobilier indique que, pour acheter du neuf abordable, il faut se tourner vers des villes comme Dunkerque, Valence, Laval et Poitiers, qui affichent toutes des prix du m² inférieurs à 3.500 €.