Se connecter S’abonner

Immobilier ancien : la hausse des prix décélère au troisième trimestre

L’immobilier ancien, davantage tiré par les ventes des maisons, continue d’attirer de nombreux acquéreurs. Explications.

immobilier ancien

L’immobilier ancien a toujours le vent en poupe, malgré une légère décélération des prix. C’est en tout cas ce que révèle le dernier indice Notaires-Insee de référence publié jeudi 24 novembre et relayé par BFMTV. Au troisième trimestre de 2022, la hausse des prix de cette catégorie de biens a ainsi ralenti, avec une augmentation contenue de 6,4 % en France. Pour rappel, celle-ci était de 6,8 % au second trimestre, et de 7,3 % au premier, alors que les prix flambent depuis le début de la pandémie. Pour effectuer leurs calculs, les notaires, qui se sont associés à l’Institut national de la statistique (Insee), n’ont intégré que les ventes définitives.

L’immobilier ancien flambe à Marseille

Au troisième trimestre de 2021, avec plus de 1,2 million de ventes, un pic a été atteint, avant de commencer à descendre progressivement, sans s’effondrer, avec 1,13 million de ventes conclues sur la période étudiée par les notaires et l’Insee. Aussi, les maisons se vendent mieux que les appartements : les ventes des premières sont en hausse de 8,2% contre 4,1% au troisième trimestre.

Et sans surprise, les prix les plus élevés se pratiquent en Ile-de-France, avec des augmentations plus contenues que sur le reste du territoire français (2% contre 8,1%). Dans les trois plus grandes villes du pays, les prix des appartements évoluent différemment : à Paris, ils poursuivent leur baisse (-1,2%), alors qu’ils augmentent fortement à Marseille (+10,8%) et légèrement à Lyon (+1,9%).