Se connecter S’abonner

Immobilier : ces villes où investir avec moins de 20.000 euros d’apport

Pour rentabiliser l’achat immobilier autofinancé d’une petite surface destinée à la location, plusieurs critères sont observés. Détails.

immobilier
habitants. ©iStockPhoto

Il est toujours l’heure d’investir dans l’immobilier locatif. Pour mieux se projeter, Meilleurs Agents a relayé une étude qui a passé au crible les 200 plus grandes métropoles de France, en tenant compte de la faisabilité du projet, selon plusieurs critères. Aussi, pour investir dans un studio de 20m2, autofinancé avec un apport inférieur à 20.000 euros, tout en présentant un faible risque de vacance locative et de dépréciation du bien, quatre villes se sont imposées.

Il y a d’abord Limoges où il suffit d’un apport de 11.897 euros pour rentabiliser l’achat d’un studio de 20m2. Grâce à sa belle rentabilité locative, la ville s’affirme avec des loyers relativement élevés, environ 307 euros charges comprises pour la superficie évoquée, au regard des prix immobiliers qui restent attractifs (1.850€/m2 en moyenne pour les appartements). En cinq ans, les perspectives de plus-value atteignent +46 % sur ce type de biens.

Investir dans l’immobilier à Pau, Nancy ou Clermont-Ferrand

La ville de Pau n’a de son côté pas à rougir. La demande estudiantine très forte qui y règne et l’attractivité de son prix au mètre carré en fait une ville idéale pour investir. Sur les douze derniers mois, les prix de l’immobilier y ont grimpé de 7%. En revanche il faudra effectuer un apport de 17.165 euros pour que le bien s’autofinance. A Nancy aussi la population étudiante est importante : elle représente 30% de la population de la ville. Par ailleurs, malgré des prix plus élevés, à 2.417 euros du mètre carré en moyenne sur les appartements, la demande reste solide et le risque de vacance locative est moindre.

Enfin, à Clermont-Ferrand, également citée par Meilleurs Agents, l’apport nécessaire sera plus élevé : il faudra compter 18.852 euros. Avec des prix du mètre carré légèrement inférieurs à ceux de Nancy, y à 2.263 euros, ils sont en hausse de près de 6% en 1 an.« Limoges est l’exemple type d’une ville où les prix immobiliers demeurent attractifs malgré la tendance haussière des prix et qui présente de belles occasions pour les investisseurs à capital réduit, et ce en dépit de la hausse des taux ! Ce type d’investissement est judicieux car il permet d’envoyer les bons signaux aux banques en misant sur des prix accessibles où l’impact de la hausse des taux sera donc modéré » détaille la responsable des études économiques chez Meilleurs Agents, Barbara Castillo Rico.