Se connecter S’abonner

Crédit immobilier : quels taux en 2023 ?

Les taux sur le crédit immobilier devraient poursuivre leur hausse en 2023. La tendance pourrait être contrebalancée par d’autres éléments.

crédit immobilier
Crédit : iStock.

Le marché du crédit immobilier a été bouleversé à l’échelle européenne en 2022. Après des années d’argent « gratuit », les taux ont explosé. Ils se situent en décembre autour de 2,5 %, après une nouvelle augmentation d’environ 0,2 point. Et la hausse devrait se poursuivre en 2023. L’année pourrait donc se révéler complexe pour le secteur. Mais certains éléments peuvent également laisser espérer un assouplissement du marché. Depuis plusieurs mois, les banques, courtiers et autres acteurs du crédit immobilier dénoncent un effet ciseau entre la hausse des taux directeurs et l’augmentation lente du seuil d’usure. Celui-ci est, en effet, basé sur les TAEG moyens du trimestre précédent et est donc peu adapté à une évolution rapide.

Crédit immobilier : des taux en hausse, mais des prix en baisse ?

Celui-ci va être revu début 2023. Actuellement de 3,05 % sur vingt ans, il devrait alors atteindre les 3,5 %. De quoi donner un peu d’air aux établissements de crédit. L’amplitude de cette marge dépendra cependant de l’évolution des taux directeurs. Le gouverneur de la Banque de France a plaidé pour un nouveau rehaussement en décembre, mais plus faible qu’en octobre. À long terme, il est donc possible que la fenêtre des taux s’élargisse.

Elle restera cependant contrainte par le taux maximum d’endettement autorisé. Or, en la matière, « une augmentation d’un point du taux de crédit diminue de 10 % la capacité d’emprunt d’un acheteur », relève pour Midi Libre Pierre Chapon, cofondateur du courtier Pretto. « Il faudra compenser par de l’apport ou une négociation du prix d’achat », juge-t-il. Autre point à prendre en compte en 2023 : les diagnostics de performance énergétique. Avec l’interdiction progressive de louer les passoires thermiques, le prix des logements mal isolés devrait mécaniquement baisser. Par conséquent, le rapport de force pourrait s’inverser en faveur des acheteurs.