Se connecter S’abonner

MaPrimeRénov’ : ces propriétaires qui ne s’y retrouvent pas

Depuis son lancement en janvier 2020, MaPrimeRénov’ a déjà bénéficié à plus d’un million et demi de ménages français.

MaPrimeRénov'

MaPrimeRénov’ a déjà bénéficié à plus de 1,5 million de ménages français depuis son lancement en janvier 2020. Aussi, le ministre du Logement apprécie expliquer que « si l’on additionne toutes les économies d’énergie permises par les opérations financées par Ma Prime Rénov’, on aboutit à l’économie de la consommation de la ville de Lyon », rappelle Le Figaro immobilier mardi 13 décembre 2022. Pourtant, il s’avère que certains propriétaires modestes ont été dupés par l’Agence nationale de l’habitat (Anah), et ont ainsi perdu plusieurs milliers d’euros. Plus précisément, alors qu’ils avaient reçu une lettre leur indiquant que le démarrage des travaux pouvait être effectué, cette agence qui dirige MaPrimeRénov’ s’est rétractée.

500 réclamations depuis le lancement de MaPrimeRénov’

Éric, un habitant de la Sarthe attend ainsi une aide de 2.440 euros qui lui avait été accordée le 14 septembre 2021, avant que celle-ci ne lui soit refusée cinq mois plus tard, après un contrôle de conformité. On lui explique que la pompe à chaleur qu’il devait installer ayant été abandonnée au profit d’un « ventilation double flux », il ne sera pas remboursé. « La facture de l’entreprise qui a réalisé les travaux ne mentionne aucune ventilation double flux », déclare Éric, qui n’est jamais parvenu à obtenir une explication malgré ses tentatives. L’Anah, elle, reste muette.

Un habitant de la Mayenne a subi des désagréments similaires, après que l’Etat lui ait accordé sur le papier une aide de 3.000 euros pour qu’il finance l’isolation par l’extérieur de sa maison. « J’avais fait les devis, obtenu l’accord pour toucher la prime, en avril dernier.» Les travaux puis un contrôle effectué une fois le chantier terminé, il ne recevra jamais la prime. Dans ce second cas, le Défenseur des droits a été saisi.

Dans un communiqué publié en octobre dernier, l’autorité constitutionnelle indépendante affirme que près de 500 réclamations ont été portées depuis l’entrée en vigueur de MaPrimeRénov’. S’il semble s’agir de cas isolés, les propriétaires modestes ont gros à y perdre : certains attendent une aide depuis 2020. Et pour financer leurs travaux, ils ont parfois dû contracter des emprunts ou solliciter le soutien financier de leurs familles. « Il arrive que les dossiers soient purement et simplement annulés si les problèmes techniques ne sont pas résolus », explique le Défenseur des droits. Pour l’éviter, l’autorité plaide pour la mise en place de « cellules de débugage » qui permettraient de faire avancer le dossier plus rapidement. Conscient que MaPrimeRénov’ doit être « plus performant » le ministre du Logement, ne tarit pas de mots au sujet du guichet unique France Rénov’. Son but est que chaque bénéficiaire puisse s’orienter vers le bon interlocuteur.