Se connecter S’abonner

Pouvoir d’achat immobilier : les Français ne peuvent plus acheter aussi grand qu’il y a 20 ans

encadrement des loyers
Crédit: iStock.

En vingt-trois ans, le pouvoir d’achat immobilier des Français a sombré. C’est en tout cas ce qu’étaye une étude des notaires à ce sujet, relayée par BFMTV. Plus précisément, ils expliquent qu’en 1999 un ménage tricolore pouvait acquérir, grâce à un crédit de 20 ans, sans apport et au taux fixe d’assurance de 0,36 %, un bien d’une surface de 99 m². Aujourd’hui, d’après les auteurs, ce pouvoir d’achat immobilier descend à 80 m².

Le pouvoir d’achat immobilier est tombé au plus bas en 2008

Si la situation n’est pas aussi tendue qu’en 2008, année où le pouvoir d’achat immobilier est tombé au plus bas, à 58 m² en raison de taux proche des 5 %. Jusqu’en 2019, il a fini par remonter grâce à une diminution des taux, pour atteindre 86 m² il y a trois ans. Au troisième trimestre 2022, il retombe à 80 m². Ainsi, en 23 ans, les Français ont perdu 19 m² de pouvoir d’achat immobilier ; et sont toutefois dans une meilleure situation qu’il y a quatorze ans (+22m² par rapport à 2008).

Par rapport à l’an dernier, l’emprunteur perd 11m² à Saint-Etienne, tout en gagnant 23 m² par rapport à 2012. Il perd 5 m² par rapport à 2021 au Havre ou à Marseille, mais gagne respectivement 5 m² et 1 m² en 10 ans. Par rapport à l’an dernier, l’emprunteur perd 4 m² à Dijon, Reims, Grenoble, Toulon et Montpellier, mais il gagne des mètres carrés par rapport à 2012, exception faite de Montpellier où il n’en perd ni n’en gagne.

Que se passera-t-il l’année prochaine ? Selon les notaires, après deux années exceptionnelles, le marché sera plus homogène et plus ralenti. En dépit de taux en hausse, ces derniers restent pour l’heure en-deça de l’inflation. La problématique du taux d’usure, qui freine de nombreuses demandes de crédit, devra être mise sur la table pour aider les Français dans leur projet d’acquisition.