Se connecter S’abonner

Abri de jardin : la taxe d’aménagement augmente de 8 % en 2023

Il est d’ores et déjà possible de calculer combien coûtera cette taxe abri de jardin grâce à un simulateur lancé par le gouvernement.

abri de jardin

Construire une piscine, une extension ou un abri dans un jardin ne constitue pas une dépense mineure. En effet, au-delà du coût des matériaux et de la main-d’œuvre, il faut aussi intégrer la taxe d’aménagement (TA), aussi connue sous le nom de « taxe abri de jardin ».

L’addition risque d’être amère pour ceux et celles qui avaient ce type de projet en tête pour 2023, explique actu.fr. Ainsi, les valeurs forfaitaires augmentent de 8 % cette année, valeur en vigueur du 1er janvier 2023 et jusqu’au 31 décembre 2023, selon un arrêté du 27 décembre 2022 publié au Journal officiel. L’an dernier, la taxe avait déjà bondi de 7 %. Ainsi, en 2023, le m² hors Île-de-France coûtera 886 €, contre 820 en 2022 et 1.004 € en Île-de-France, contre 929 € en 2022.

Calculer la taxe abri de jardin grâce à un simulateur mis en place par le gouvernement

Plus précisément, tous les 1er janvier, les valeurs forfaitaires par mètre carré sont revalorisées au regard du dernier indice du coût de la construction (ICC) en date, publié par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Et c’est la progression de l’ICC au troisième trimestre 2022 qui fait grimper le coût de la taxe.

Ce nouveau coup dur porté aux finances des ménages français concerne toute opération d’aménagement, d’agrandissement ou de construction sur son terrain nécessitant une autorisation d’urbanisme. Dès qu’un bâtiment délimité par des murs et couvert mesure 5m² et 1,80 m de hauteur sous plafond, la taxe s’applique, excluant de facto les pergolas, terrasses et autres installations découvertes. Pour les panneaux photovoltaïques fixés au sol et les piscines, des montants spécifiques existent. Pour les panneaux solaires, celui-ci est de 12 euros par m², et 250 euros par m² pour les piscines.

Pour calculer cette dépense, il faut multiplier la valeur forfaitaire et la multiplier par le nombre de mètres carrés qui accueilleront la construction. Une fois le calcul effectué, il faudra multiplier le résultat par le taux fixé par la commune où les travaux seront réalisés (entre 1 et 5 % maximum), puis le taux voté par le département (plafonné à 2,5 %). Un simulateur a été mis en place par le gouvernement afin d’aider les Français à calculer le montant de cette taxe.