Se connecter S’abonner

Immobilier : un marché grippé ?

Alors que 2023 a à peine commencé, les professionnels du secteur immobilier craignent de mauvaises nouvelles pour les mois à venir.

immobilier

Le marché de l’immobilier va-t-il rouiller en 2023 ? Selon l’enquête interne du réseau L’Adresse, qui a questionné ses agents partout dans l’Hexagone, les prix sont déjà en train de baisser, relaie BFMTV, mardi 10 janvier. Si le marché ralentit, c’est surtout en raison des difficultés d’accès au crédit, notamment en raison de la hausse des taux d’intérêt et du blocage du taux d’usure.

Ainsi, 46 % des agents du réseau L’Adresse interviewés ont constaté la réévaluation à la baisse de certains compromis de vente, la faute à un refus de prêt.

Le secteur immobilier face au diagnostic de performance énergétique

Et ce phénomène ne devrait pas aller en s’améliorant, selon les professionnels du secteur. D’ailleurs, faute de crédit accordé, certaines agences estiment à 30 % le nombre de ventes qui ne se concrétisent pas. Les biens regagnent alors le marché à des prix plus faibles, en réaction à ces blocages. Autre donnée édifiante témoignant de cette baisse, plus de 70% des agents de L’Adresse observent une nette augmentation des marges de négociation. Celles-ci sont comprises entre 5 et 10 % selon les biens et les territoires.

Si l’on inclut des travaux, les 15 % sont même dépassés. L’une des préoccupations majeures des agences du réseau réside dans la performance énergétique des logements. Une hausse des mises en vente de passoires thermiques a été relevée par un quart d’entre elles. En fonction des régions, la part des biens F et G à la vente varie de 15 à 60 %.