Se connecter S’abonner

Immobilier : le digital, indispensable aux locataires et aux agences

Dans le secteur immobilier, le digital a notamment permis de faciliter les recherches, de gagner du temps, etc. Explications.

immobilier
Crédit : iStock.

Le numérique a révolutionné bien des aspects de la vie quotidienne. Y compris dans le secteur immobilier, au regard de l’étude sur l’usage des outils digitaux réalisée par la plateforme Garantme. Aussi, pour 95 % des sondés, les solutions digitales de cautionnement ont rendu plus facile leur location. Pour la majorité (52,6%) cela a permis de rassurer l’agence et le propriétaire pour trouver rapidement un logement, mais également de le sécuriser (39,4%) et enfin d’optimiser leurs recherches. 

Si une grande partie des sondés sont étudiants (32%), 35% des personnes interrogées sont des salariés en CDI, qui ont eu recours à une solution de cautionnement. Ils sont plus de 50% à ne pas posséder de garants et plus de 30% ont dû y avoir recours, car les agences le demandaient. « Le marché de la location est ultra-tendu. Le dossier d’un locataire qui a un contrat en CDI et gagne trois fois le montant du loyer, ne sera pas forcément accepté. Les salariés ont donc, eux aussi, de plus en plus recours à des solutions de cautionnement », détaille le CEO et fondateur de Garantme, Thomas Raynaud.

Le secteur immobilier gagne du temps

Dans la gestion administrative, ces solutions qui permettent aux locataires d’accéder à des logements sont un véritable atout. En effet, selon 80 % des répondants, elles ont permis d’automatiser les dépôts de dossier. Plus de la moitié d’entre eux estiment ainsi avoir gagné du temps pour trouver un logement, et plus d’un tiers à avoir pu sécuriser la transmission de leurs données.

Grâce au digital, les agences immobilières peuvent gagner du temps. En majorité, c’est pour diffuser des offres de logement (73 %) et centraliser et certifier les dossiers locataires (63 %), qu’elles intègrent à leurs pratiques. Selon les agences, les bénéfices de la technologie sont toutefois inégaux. 46 % des agences considèrent que ces outils leurs permettent de faire croître le nombre de mandats et de leur valeur. Mais aussi une meilleure fidélisation des bailleurs (38 %), la simplification des tâches opérationnelles (32 %) et enfin, la réduction du temps passé sur des missions fastidieuses et chronophages (25 %).