Se connecter S’abonner

MaPrimeRénov’ : de plus en plus de rénovations globales

Plus de 700.000 ménages ont bénéficié de MaPrimeRénov’ en 2022. Le dispositif doit gagner en efficacité en 2023.

Maprimerénov'
Crédit : iStock.

Lancé en 2020, le dispositif MaPrimeRénov’ a été utilisé par 1,5 million de ménages. Il a essentiellement été sollicité pour des travaux de rénovation énergétique. Critiqué pour son efficacité relative, il est appelé à évoluer en 2023 quant au choix des dossiers et à l’accompagnement des ménages. Selon le président de l’Agence nationale de l’habitat (Anah), interrogé par Le Parisien, certains changements sont déjà en marche. Thierry Repentin se félicite d’un « niveau d’activité très élevé » conforme aux objectifs de l’année 2022 avec 719.000 rénovations, dont 670.000 concernant exclusivement des chantiers énergétiques.

Très critiqué, MaPrimeRénov’ évolue

Le fonctionnement de MaPrimeRénov’ avait été pointé du doigt pour une gestion peu efficace. Trop de chantiers modestes seraient financés pour un résultat assez dérisoire sur le plan énergétique. Le principal exemple est l’aide à l’achat d’une pompe à chaleur sans travaux d’isolation, intéressant pour le propriétaire, mais moins sur le plan écologique. La tendance est donc au recentrage sur les projets plus ambitieux. « On a de plus en plus de dossiers qui vont vers des rénovations globales puisqu’il y en a 66.000, à peu près 10 % », relève le directeur de l’Anah. Cela grâce à MaPrimeRénov’ Sérénité, consacrée aux propriétaires occupants aux revenus modestes et aux travaux permettant un gain énergétique d’au minimum 35 %. En moyenne, l’ensemble des chantiers permettrait une économie de trois tonnes d’émission de carbone par ménage.

Quant aux « graves dysfonctionnements techniques » relevés en octobre 2022 par le défenseur des droits dans l’accès au dispositif, « la moitié des dossiers était régularisée quand le rapport est paru ». Une « task force » a été mise en place pour y remédier, et le recours à un « accompagnateur » pour tous les travaux supérieurs à 10.000 euros à partir de septembre devrait permettre de limiter les erreurs.

L’un des principaux chantiers pour 2023 sera celui des copropriétés. Les parties communes d’un immeuble peuvent avoir un lourd impact sur la sobriété énergétique. Une branche de MaPrimeRénov’ a donc été consacrée à ce domaine. « En rénovation globale, on est passé de 11.000 logements en copropriété en 2021 à 26.000 en 2022. Notre objectif est d’atteindre les 40.000 en 2023 », détaille Thierry Repentin. Cela notamment grâce à un relèvement du plafond des travaux subventionnables de 15.000 à 25.000 euros.