Se connecter S’abonner

Assurance emprunteur: faire jouer la concurrence sera plus simple

La commission spéciale du Sénat a adopté un amendement qui renforce le droit au changement d'assurance emprunteur.

Ce jeudi est à marquer d’une pierre blanche par les titulaires d’une assurance emprunteur. Alors que les pratiques des banques sont dans le viseur de Bercy, après plusieurs plaintes des courtiers qui accusent celles-ci d’entraves, la commission spéciale du Sénat a adopté un amendement qui va simplifier les changements, relaye Capital.

Avant d’être appliqué, le texte devra encore être voté par l’Assemblée nationale qui l’examinera au courant du mois d’avril. En cas d’adoption définitive, il entrera en vigueur dans la foulée. « Si je n’avais rien fait, ma proposition de loi aurait été adoptée au mieux à la fin de l’année 2020 », estime le sénateur socialiste du Doubs, Martial Bourquin.

30% d’économie

Pour gagner du temps, l’élu a rusé. Plutôt que de patienter jusqu’à la fin des débats autour de la réforme des retraites à l’Assemblée nationale, il a fait voter sa réforme sous la forme d’un amendement au projet de loi « d’accélération et de simplification de l’action publique » (Asap). L’examen de celle-ci par la commission spéciale du Sénat était, en effet, programmé durant cette semaine.

A LIRE >> Assurance emprunteur: un nouveau comparateur débarque sur le marché

Estimé à 9 milliards d’euros, le marché français de l’assurance emprunteur est très convoité dans un contexte de taux bas qui érodent les marges bancaires sur les crédits. Il reste largement dominé par les établissements bancaires qui profitent généralement de la signature d’un prêt pour placer leur assurance de crédit maison. Selon un sondage réalisé par le comparateur d’assurances Assurland, si 90% des emprunteurs connaissent leurs droits, 85% d’entre eux n’en profitent pas du fait des obstacles au changement érigés par les banques. Pourtant, s’assurer hors de sa banque permettrait d’économiser 30% sur l’assurance.