Se connecter S’abonner

Ce qu’il faut savoir pour emprunter lorsque l’on est un senior

Les conditions d’emprunt sont souvent peu avantageuses, en raison de l’âge. Quelques astuces sont à connaître.

incendies
Crédit: iStock.

Pas toujours évident d’obtenir un crédit immobilier à un taux avantageux quand on a plus de 50 ans. Déjà, se pose le problème de l’âge : « Les durées d’emprunt souhaitées par les seniors sont souvent supérieures à ce que les banques sont prêtes à leur proposer », rappelle au Figaro Cécile Roquelaure, du courtier Empruntis, qui a signé une étude sur le sujet. En effet, les banques préfèrent que le crédit soit remboursé avant le 75ème anniversaire de l’emprunteur.

Des surcoûts liés à l’assurance

Ensuite, les potentiels problèmes de santé peuvent alourdir la facture de l’assurance emprunteur contractée avec le prêt. Selon les types spécifiques d’assurance et l’âge de l’emprunteur, le surcoût se situe entre 0,4% et 1%.

De plus, le ministère de l’Economie et des Finances a accentué le coût de cette assurance : la taxe spéciale sur les conventions d’assurance (9%) a été étendue à la garantie décès. Auparavant, elle était uniquement conscrite aux garanties contre la perte de l’emploi et l’incapacité de travail. Les retraités doivent désormais payer payer cette taxe.

A LIRE >>> Prêts immobiliers : les emprunteurs ne seront plus obligés de domicilier leurs salaires !

Faire jouer la concurrence

Comment faire alors pour limiter les coûts de son crédit ? Selon Cécile de Roquelaure, « les seniors doivent privilégier des emprunts courts. Pour les banquiers, le remboursement du crédit doit se faire dans le cadre de la couverture d’assurance qui encore trop souvent s’arrête à 75/80 ans. Ainsi, lorsqu’un emprunteur de 65 ans finance son projet immobilier, son délai de remboursement sera plus court : 10 voire 15 ans maximum ».

Autre piste : faire jouer la concurrence, comme le propose le journal Le Monde : il est toujours possible de contracter son assurance emprunteur dans une autre banque si celle proposée par l’établissement bancaire où l’on s’endette est trop onéreuse. L’aide d’un courtier peut être intéressante sur ce point. On peut aussi se passer d’assurance si l’emprunteur possède un patrimoine assez important qui permettra de garantir le prêt. Les banques peuvent faire un geste si le client profite de cet emprunt pour transférer ses comptes dans l’établissement qui fournit le prêt. Enfin, si l’emprunt est contracté par un couple, reste la possibilité de répartir l’assurance sur les deux conjoints, l’un à 70% et l’autre à 30%, par exemple.