Se connecter S’abonner

Immobilier : les primo-accédants sur la touche ?

D’après Cafpi, les conditions d’emprunt se durcissent pour les primo-accédants : « les effets du resserrement des critères bancaires imposé par le HCSF se font de plus en plus ressentir sur cette clientèle, la plus modeste, qui baisse de près de 10% dans la production », explique le courtier en crédit.

Crédit: iStock.

En novembre, la part des primo-accédants dans la clientèle de Cafpi a chuté. Elle se montait à 63%, après 69% en octobre. Le courtier y voit la conséquence des recommandations du Haut conseil de stabilité financière (HCSF). « Les effets du resserrement des critères bancaires imposé par le HCSF se font de plus en plus ressentir sur cette clientèle, la plus modeste, qui baisse de près de 10% dans la production », explique le groupe.

Hausse de l’emprunt moyen

En novembre, l’emprunt moyen des primo-accédants a poursuivi sa hausse par rapport au mois précédent. Il était de 222.100 euros sur 279 mois pour un effort consenti de 5,65 années de revenus, alors qu’en octobre les primo-accédants empruntaient en moyenne 221.100 euros sur 284 mois, pour un montant équivalent à 5,62 années de revenus.

Du côté des autres accédants, Cafpi observe une tendance à la baisse, importante, du montant moyen de l’emprunt. Celui-ci se montait en novembre à 370.400 euros sur 268 mois, pour un effort consenti de 6,47 années de revenus. En octobre, ce montant était de 393.100 euros sur 261 mois, soit 6,75 années de revenus.