Se connecter S’abonner

Crédit immobilier : les taux se stabilisent… avant de remonter ?

Hormis quelques banques qui ont choisi de faire évoluer leur grille de taux, c’est le statu quo qui domine sur le marché du crédit en mars. Mais l’ombre d’une hausse plane toujours.

villes

Pas de panique pour les candidats à l’obtention d’un prêt immobilier. Les taux restent toujours historiquement bas en ce début du mois de mars (voir la grille des principaux courtiers ci-dessous). Les taux du marché, calculés par nos soins en réalisant une moyenne des tarifs moyens constatés par les courtiers, se situent à 0,93% sur 15 ans, 1,07% sur 20 ans et 1,33% sur 25 ans. Soit pratiquement les mêmes niveaux que ceux du mois dernier.  Et comme en janvier et février, les meilleurs profils peuvent emprunter sur la base d’un taux nominal inférieur à 1%. Y compris sur des durées longues. Empruntis rapporte ainsi un taux optimal de 0,72% pour ses meilleurs clients, sur une durée de 20 ans.

Quelques banques remontent leurs taux, mais à la marge

Cela ne signifie pas que les politiques commerciales des banques n’évoluent pas. Sur la base des premières grilles reçues par les courtiers, il apparaît que certains établissements ont augmenté leurs taux (une première depuis la fin de 2020 !), quand d’autres les ont baissés et que la majorité ont opté pour la stabilité de leurs tarifs. Quoi qu’il en soit, les amplitudes des variations sont très modestes, de 0,05 à 0,15 point selon la plupart des professionnels interrogés. Et concernent principalement les crédits sur 20 ou 25 ans.

Un risque de remontée des taux ?

Ce maintien des taux des crédits immobiliers intervient alors que les taux des obligations d’État (OAT) ont connu une poussée de fièvre ces dernières semaines (avec un pic à -0,047% le 25 février), sous l’effet de la confiance accrue des investisseurs en le redémarrage de l’économie. De là à anticiper un retour des emprunts d’État en territoire positif, il n’y a qu’un pas que certains observateurs ont déjà franchi, sur fond de craintes inflationnistes.

De quoi mettre quelques courtiers sur le qui-vive : « Certaines banques nous chuchotent qu’il ne faut pas que nos clients perdent trop de temps pour transmettre leurs dernières pièces justificatives ou ouvrir leur compte car elles ne pourront pas maintenir les taux que nous avons négociés très longtemps, indique Ludovic Huzieux, cofondateur d’Artémis Courtage. L’ombre d’une petite remontée de taux (entre +0.10 et +0.20) plane sur les barèmes que nous allons recevoir dans les prochaines semaines ».

Les banques toujours dans une logique de conquête commerciale

Pour autant, rien n’indique qu’un mouvement durable de remontée des taux immobilier ne soit enclenché. « Les banques ont des objectifs de production de crédit élevés dans un marché moins dynamique qu’il ne l’était en début d’année dernière ce qui devrait les inciter à continuer à proposer des taux attractifs pour capter de nouveaux clients avec même des réductions de taux qui peuvent encore être proches des records pour les meilleurs profils », constate Julie Bachet, directrice générale de Vousfinancer. Pierre Chapon, président de Pretto, abonde en son sens : « Nous pensons qu’il est un peu tôt pour parler d’une remontée des taux immobiliers, un sujet d’abord lié à la position de la Banque centrale européenne. Par ailleurs, les banques ont encore des dépôts importants et peuvent financer le crédit immobilier pour bonne part sur des ressources propres. »

Les banques plus souples dans les octrois de crédits

Constat commun des professionnels de l’intermédiation en prêts immobiliers : les nouvelles recommandations du Haut conseil de stabilité financière (HCSF), assouplies par rapport aux précédentes (durée rallongée de 25 à 27 ans, taux d’endettement qui passe de 33% à 35%, etc.) sont progressivement appliquées par les banques. Une bonne nouvelle pour les profils qui étaient tangents : « Les nouvelles préconisations du HCSF ont ouvert la voie à une hausse des dossiers traités par les banques. La capacité d’emprunt a augmenté de 6 % et plus de 60 000 ménages bloqués l’année dernière par le taux d’endettement à 33 % vont pouvoir revenir », commente Pierre Chapon.

Les taux moyens constatés par les courtiers en crédit :

DuréeEmpruntisVousfinancerCafpiArtémisPrettoMoyenne
15 ans0,95%1,05%0,94%0,86%0,87%0,93%
20 ans1,10%1,25%1,07%0,91%1,04%1,07%
25 ans1,35%1,45%1,36%1,23%1,26%1,33%
Source : Mieux Vivre Votre Argent / Courtiers