Se connecter S’abonner

Immobilier : vous voulez emprunter ? Il faudra être patient !

Les délais de traitement des banques sont plus importants, du fait des effets de la crise sanitaire. Compter désormais 2 mois pour décrocher son prêt immobilier.

Immobilier
Crédit : iStock.

Les particuliers qui ont un projet immobilier en vue doivent s’armer de patience. L’environnement des taux de crédit reste encore excellent, après un nouveau plus bas niveau historique en mars. Néanmoins, Vousfinancer note en avril un allongement des délais de traitement des dossiers de prêt dans les banques. Sans surprise, l’Ile-de-France est parmi les régions les plus touchées. « Des niveaux records en termes de délais de traitement dans les banques » y sont en effet notés, d’après le courtier en crédit.

Forte demande, reprise des renégociations de prêts et… télétravail

Les raisons ? « Un mois de mars marqué par une très forte demande, une reprise des renégociations de crédits et la mise en place d’un troisième confinement entraînant une hausse du télétravail et un changement d’organisation au sein du personnel des banques » selon Vousfinancer. Il est donc plus que jamais important d’anticiper son plan de financement et la préparation de son dossier de prêt.

« Actuellement, dans certaines banques, les délais sont parfois de 2 à 3 semaines pour obtenir un accord de principe sur le dossier, et jusqu’à 1 mois pour avoir une proposition ferme. L’émission des offres de prêt peut prendre encore 2 à 3 semaines », explique Sandrine Allonier, directrice des études de Vousfinancer. Dans ce contexte, il est recommandé de solliciter un délai de conditions suspensives d’obtention de prêt de 60 jours. Ces conditions « pourront être tenues à condition de bien anticiper son projet et de déposer son dossier rapidement après la signature du compromis de vente, afin de tenir compte des délais de réponse des banques », selon la professionnelle.

Quelques remontées de taux

De plus, quelques remontées de taux sont constatées en avril, bien que mesurées. Certaines banques ont en effet remonté faiblement leur barème (+ 0,05 % à + 0,10 %). Mais le mouvement n’est pas global. « Ces quelques hausses isolées peuvent être liées à la volonté de certaines banques de réguler les flux de dossiers de crédits, ou de ne capter que les meilleurs dossiers, souvent moins concernés par ces remontées ». Les taux moyens sont de l’ordre de 1 % sur 15 ans, 1,20 % sur 20 ans et 1,40 % sur 25 ans. Mais une remontée globale à venir n’est pas du tout exclue, dans le sillage de l’évolution des taux d’emprunt d’État, indicateur des mouvements des taux de crédit. Le taux français, l »OAT 10 ans, est repassé dans le positif hier, à 0,019.