Se connecter S’abonner

Immobilier : les taux de crédit à un plus bas niveau en mai

Au mois de mai, le taux de crédit logement s’est stabilisé à son plus bas niveau, jamais observé jusqu’alors. 

crédit immobilier
Crédit: iStock.

Selon les chiffres de l’Observatoire Crédit logement, publiés mardi 1er juin, les taux moyens des crédits immobiliers au mois de mai 2021 se sont établis à 1,07%, un niveau jamais observé jusqu’alors. « Quel que soit le revenu de l’emprunteur, il a perdu 9 points de base depuis décembre dernier, et 18 points de base depuis un an », explique l’organisme. 

Malgré la crise sanitaire et l’inflation, les banques continuent de soutenir la demande de crédits immobiliers des particuliers et proposent des conditions de crédit attractives.  « Ce sont d’ailleurs les emprunteurs ne présentant pas les meilleurs profils qui ont bénéficié d’une baisse de taux nettement plus rapide sur les durées les plus longues », détaille l’Observatoire. Enfin, en mai 2021, le taux d’apport personnel moyen est de plus de 20% supérieur à son niveau de décembre 2019, alors que le marché était « au zénith » et le taux d’apport au plus bas. 

La durée moyenne des prêts élevée

Autre point important souligné par le Crédit logement, la durée moyenne des prêts n’a jamais été aussi élevée. Et ce, au-delà des fluctuations qui se constatent d’un mois sur l’autre. En mai 2021, la durée moyenne s’est établie à 236 mois. Elle était de 251 mois pour l’accession dans le neuf et 250 mois pour l’accession dans l’ancien. « Cela permet d’absorber les conséquences de la hausse des prix des logements qui se renforce au fil des mois et, souvent, de contenir les taux d’efforts sous le seuil des 35% (et donc des 33%) recommandé » par le Haut conseil de stabilité financière (HCSF), précise le communiqué. 

En revanche, si les prêts à plus de 25 ans ne représentent plus que 0,2% de la production en mai, la tranche des durées à plus de 20 ans renforce encore son poids, avec un pourcentage de 56,5% de la production des crédits à l’accession. Enfin, avec l’amélioration des conditions de crédit, l’activité du marché a progressé de plus de 10% en mars, puis en avril.