Se connecter S’abonner

Assurance emprunteur : la résiliation à tout moment permettrait une économie de 550 millions d’euros par an

L’UFC-Que Choisir estime que la résiliation à tout moment du contrat d’assurance emprunteur serait bénéfique pour tous.

condition - caution
Crédit : iStock.

L’assurance emprunteur pourra-t-elle être résiliée à tout moment ? Le feuilleton pourrait prendre fin jeudi 25 novembre, alors que la proposition de loi de la députée de Seine-et-Marne, Patricia Lemoine, est examinée à l’Assemblée nationale. Le texte a déjà été adopté par la commission des affaires économiques. Il permettrait de changer d’assurance emprunteur à tout moment, et non uniquement à la date anniversaire du contrat. L’UFC-Que Choisir espère que la proposition de loi sera adoptée par les députés. L’association « les appelle à résister aux tentatives de manipulations du lobby bancaire », précise-t-elle dans un communiqué le 23 novembre. L’économie globale serait d’au moins 550 millions d’euros par an, estime l’UFC-Que Choisir, pour l’ensemble des crédits en cours de remboursement.

Ainsi, les clients pourraient négocier le montant des garanties proposées par la banque et, le cas échéant, changer de prestataire, ce qui ferait jouer la concurrence. « Tout en étant aussi bien couvert, un couple âgé de 35 ans qui rembourse son crédit depuis cinq ans peut espérer économiser 13.000 euros », avance l’association. « Ce montant peut atteindre plus de 15.000 euros pour un couple d’emprunteurs âgés de 55 ans venant de souscrire leur prêt », poursuit-elle dans le communiqué. Il s’agit de l’exemple d’un crédit de 200.000 euros souscrit au taux de 1% sur 20 ans.

Donner plus de place aux assureurs alternatifs

L’UFC-Que Choisir estime que les réticences des banques ne sont destinées qu’à conserver leur domination du marché, « en agitant le chiffon rouge du risque de démutualisation alors que les emprunteurs souffrant de risques aggravés de santé sont déjà nombreux à s’assurer auprès des acteurs alternatifs », précise encore l’association. Ces derniers n’occupent que 15% de parts de marché, mais ils représentent 23% des contrats d’assurance ayant bénéficié de la convention Aeras.