Se connecter S’abonner

Crédit immobilier : les courtiers tirent la sonnette d’alarme

Il est de plus en plus difficile d’obtenir l’aval des banques pour obtenir un crédit immobilier. Éclairage.

crédit
Crédit : Getty Images

Plus de quatre dossiers de demandes de crédit immobilier sur dix sont désormais refusés. C’est ce qui ressort d’une enquête commandée par six associations professionnelles d’intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement (IOBSP) : la CNCEF, l’Afib, Anacofi, l’Apic, la CNCGP et La compagnie des CGP. Ces associations ont souhaité « chiffrer et mettre en exergue les freins à leur activité que sont notamment les taux d’usure et les normes HCSF », qui se sont durcies l’an dernier. Leur objectif : alerter les pouvoirs publics sur les refus de crédit « afin de déclencher une prise de conscience des difficultés de la profession mais aussi et surtout de ceux et celles qui souhaitent actuellement accéder à la propriété ».

Car la situation est, à les croire, inédite. « Nous n’avions jamais été confrontés à autant de refus sur nos dossiers présentés aux banques. Pour 40% de nos intermédiaires, 40% des dossiers sont refusés, et pour 85% le taux de refus dépasse 20%. Des résultats criants sur les problèmes rencontrés par les emprunteurs, dans l’accès au financement pour leur projet immobilier », alerte Bruno Rouleau, président de l’Apic.

Taux d’usure et normes HCSF

Le premier motif de refus est, sans surprise, le taux d’usure pour 36% des dossiers, devant les normes HCSF (31%). Ce qui représente donc près de 7 refus sur 10. D’après cette étude, seuls 15% des dossiers refusés par les banques sont liés au fait que le dossier provienne d’un courtier en crédit. A noter que près d’une banque sur cinq (18%) demande systématiquement la baisse des honoraires de courtage, avec comme objectif de faire baisser le Taux annuel effectif global (TAEG).

Le gros des demandes rejetées au motif du dépassement du taux d’usure concerne avant tout les acheteurs de résidence principale, à 71%. Enfin, tous profils confondus, ce sont les emprunteurs âgés de 30 à 55 ans qui sont les plus impactés selon 51% des courtiers. Soit l’essentiel du marché…

*Sondage Opinion System réalisé du 8 au 22 juillet auprès d’intermédiaires en crédit (1471 répondants)