Se connecter S’abonner

Crédit immobilier : le taux d’usure est relevé, de quoi booster le marché ?

Le taux maximum légal du crédit immobilier, aussi appelé taux d’usure, augmentera au 1er octobre pour passer de 2,57% à 3,05% pour un emprunt de 20 ans et plus, a annoncé mercredi la Banque de France.

Crédit: iStock.

De nombreuses voix parmi les courtiers en crédit demandaient son relèvement, c’est chose faite. Destiné à protéger les particuliers de conditions d’emprunt abusives, le taux d’usure plafonne l’ensemble des frais d’un prêt immobilier : taux de crédit pratiqué par la banque, éventuelle commission des courtiers, assurance emprunteur.

L’application de la formule prévue par la loi conduit à « une hausse bien proportionnée et plus marquée qu’en juin dernier  », indique la Banque de France dans un communiqué. 

Le calcul du taux est réalisé chaque trimestre par la Banque de France, qui prend en compte les taux moyens pratiqués par les banques au cours des trois derniers mois augmentés d’un tiers. Il y a autant de taux d’usure que de types de crédits.

Frein au crédit

Ces taux plafonds sont sous le feu des critiques, notamment des courtiers en crédit qui y voient un frein à l’accès au crédit immobilier.

Un de leurs syndicats était même allé jusqu’à manifester le 20 septembre devant le siège de la Banque de France à Paris, pour demander à la banque centrale de faire un geste.

La Banque de France juge toutefois « ni souhaitable ni nécessaire (…) un relèvement exceptionnel » des taux de l’usure, dont le rôle « est de protéger les emprunteurs », précise-t-elle mercredi.

Cette hausse est « très attendue » par la profession, expliquait plus tôt dans la journée le président du réseau de courtiers Cafpi, Olivier Lendrevie, pour qui « un taux d’usure à 3% permettrait de régler la grande majorité des situations de blocage observées ces dernières semaines ».

Elle aura aussi pour conséquence de rendre les nouveaux crédits immobiliers plus chers pour les particuliers. La remontée des taux d’intérêt des nouveaux crédits immobiliers est sensible depuis le printemps, les banques répercutant le resserrement de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), via une hausse de son taux directeur, afin de combattre l’inflation. 

Le taux moyen mesuré par la Banque de France pour les nouveaux crédits immobiliers était par exemple de 1,45% en juillet, selon ses derniers chiffres, contre 1,12% en fin d’année dernière.

Cette hausse ne ralentit cependant pas les encours de crédit. Dans un entretien au journal Sud-Ouest fin août, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, indiquait que le marché de l’immobilier restait « dynamique ».