Se connecter S’abonner

Crédit immobilier : vers un relèvement du taux d’usure plus régulier ?

Une réunion rassemblant le ministère de l’Economie et des finances, la Banque de France, banquiers et courtiers et portant sur un potentiel relèvement mensuel du taux d’usure s’est tenue à Paris. Voici ce qu’il en ressort.

taux d'usure
Crédit: iStock.

C’est une bataille que mènent les courtiers en crédit immobilier depuis près d’un an : la possibilité de relever plus souvent le taux d’usure, ce taux d’emprunt plafond destiné à protégé l’acquéreur de conditions de crédit abusives, est à portée de main. C’est ce qui ressort d’une réunion rassemblant le ministère de l’Economie et des finances, la Banque de France, banquiers et courtiers tenue mercredi à Paris.

Ces deux heures portaient « sur la potentielle réhausse mensuelle du taux d’usure », indique jeudi à l’AFP Bérangère Dubus, secrétaire générale de l’Union des intermédiaires de crédit (UIC). Le calcul du taux est réalisé pour l’instant chaque trimestre par la Banque de France, qui prend en compte les taux moyens pratiqués par les banques au cours des trois derniers mois augmentés d’un tiers. 

« Au lieu de faire cette hausse une fois en fin de trimestre avec un grosse marche… on ferait trois plus petits marches mois par mois en regardant les trois mois précédents à chaque fois », résumait mercredi le gouverneur François Villeroy de Galhau devant la commission des finances du Sénat. « Cet ajustement technique peut être justifié s’il est souhaité par les professionnels du crédit que nous consulterons à cet égard », continuait-il.

Répondre à la problématique de rapidité d’adaptation

Il « permet déjà de répondre à la problématique de rapidité d’adaptation » des taux auxquels empruntent les banques sur les marchés, tirés par la hausse des taux directeurs de la Banque centrale européenne, répond Mme Dubus. Le taux d’usure est fixé depuis le 1er janvier à 3,57% tous frais compris pour un emprunt de 20 ans et plus. Destiné à protéger les particuliers de conditions d’emprunt abusives, ce taux plafonne l’ensemble des frais d’un prêt immobilier: taux de crédit pratiqué par la banque, éventuelle commission des courtiers, assurance-emprunteur.

Le taux moyen de crédit (hors assurances et frais annexes), s’en approche. Il est mesuré à 2,04% en décembre par la Banque de France et même à 2,25% en novembre par l’Observatoire CSA / Crédit logement, après une hausse très rapide ces derniers mois. Cette remontée du taux a un coût pour l’emprunteur: à titre d’exemple, lorsque le taux d’un emprunt de 150.000 euros sur 20 ans passe de 1% à 2%, le montant à rembourser in fine passe d’environ 165.500 euros à plus de 182.000 euros, soit quelque 16.500 euros supplémentaires.