Se connecter S’abonner

La révision du taux d’usure, mensuelle jusqu’en juillet

La Banque de France a proposé vendredi un ajustement technique du calcul du taux d’usure, le taux d’emprunt plafond dans l’immobilier, ce qui devrait faciliter l’accès au crédit pour les particuliers, en calculant temporairement ce taux tous les mois au lieu d’une fois par trimestre.

crédit immobilier

L’annonce confirme donc la piste envisagée la semaine dernière après une réunion entre le ministère de l’Economie et des Finances, la Banque de France, des banquiers et des courtiers.

Le taux d’usure plafonne l’ensemble des frais d’un prêt immobilier : taux de crédit pratiqué par la banque, éventuelle commission des courtiers, assurance emprunteur. Son mode de calcul constitue aujourd’hui, dans un contexte de remontée des taux, un obstacle pour nombre d’acquéreurs, selon des acteurs du secteur immobilier. Depuis plusieurs mois, les taux d’intérêt remontent dans le sillage des taux directeurs de la Banque centrale européenne et plus vite que le taux d’usure.

Rehausser le plafond du taux d’usure offre un bol d’air au marché. Il permet aux banques de prêter plus cher, mais aussi à chaque autre composante du coût du crédit d’être prise en compte sans dépasser le plafond légal. Cela permet in fine l’acceptation de davantage de dossiers de demande de crédit.

Le taux d’usure est calculé pour l’instant chaque trimestre par la Banque de France, qui fait une moyenne des taux pratiqués par les banques au cours des trois derniers mois, augmentée d’un tiers.  Si « l’application de la formule des taux de l’usure a conduit à des hausses bien proportionnées » en 2022, selon la Banque de France, l’institution a remarqué qu’en fin de trimestre « certains dossiers, dans l’attente de la prochaine hausse trimestrielle significative du taux d’usure, sont ainsi reportés au début du trimestre suivant », créant un déséquilibre dans la répartition des crédits.

Pour lisser les relèvements du taux d’usure, le calcul se fera donc tous les mois et non plus tous les trimestres à partir du 1er février et, ce, jusqu’au 1er juillet. « Les taux d’usure resteront établis sur la base de la moyenne des taux pratiqués lors des trois mois précédents », a précisé la Banque de France. Un arrêté doit être publié dans les prochains jours pour officialiser la mesure.

Une décision qui devrait être saluée dans l’ensemble par les courtiers en crédit, dont beaucoup appelaient de leurs voeux un changement de méthode. « Cette révision mensuelle est une très bonne nouvelle qui devrait permettre de fluidifier l’octroi de crédit et le marché immobilier », se félicite-t-on chez Vousfinancer.com.