Coronavirus: la location courte durée devient moins rentable

La plateforme Flatlooker a comparé trois scénarios de locations pour déterminer quelle durée est la plus rentable. 
« Le nombre de contacts de propriétaires provenant d'Airbnb a plus que triplé depuis le déconfinement. Face à cette situation inédite, de plus en plus de propriétaires (…) cherchent donc des alternatives pour rembourser sereinement leur emprunt », résume le co-fondateur de Flatlooker. Crédit: iStock.

Que faire quand on est propriétaire d’un appartement mis en location de courte durée ? Il est particulièrement difficile d’anticiper l’état du marché touristique pour les prochains mois, alors que de nombreux scientifiques évoquent une possible seconde vague de coronavirus. Faut-il alors se tourner vers une location longue durée ? C’est la question à laquelle a voulu répondre l’agence en ligne Flatlooker, face à la multiplication des demandes de propriétaires habitués à louer avec Airbnb

Les propriétaires Airbnb s’inquiètent 

« Le nombre de contacts de propriétaires provenant d’Airbnb a plus que triplé depuis le déconfinement. Face à cette situation inédite, de plus en plus de propriétaires (…) cherchent donc des alternatives pour rembourser sereinement leur emprunt », résume le co-fondateur de Flatlooker, Nicolas Parisot. L’agence note deux indicateurs qui vont dans le sens de la location longue durée : une reprise très lente des locations touristiques courtes avec des taux d’occupation qui ne devraient pas revenir à la normale avant août 2021 et de l’autre côté, des locations longue durée qui restent stables. 

Pour déterminer la plus forte rentabilité, Flatlooker a comparé trois scénarios : la courte durée, à l’image d’Airbnb, la location longue durée classique et un modèle entre les deux avec des locations courte durée en été et un bail étudiant pendant l’année scolaire, par exemple. Parmi ces trois possibilités, la plus rentable est la troisième, le modèle mixte, qui permet de dégager 10 370 euros de revenus locatifs nets. La moins avantageuse est la location de courte durée qui donne des revenus de 7 680 euros contre 8 610 euros, pour la longue durée. 

A LIRE >> Immobilier: les villes où investir serait intéressant financièrement !

Des coûts de gestion plus importants 

« Bien que la location courte durée semble générer des revenus conséquents même en période de crise, les coûts opérationnels liés à ce type de location sont très importants », note ainsi Nicolas Parisot. En effet, les coûts de gestion, les charges (copropriété, énergie, taxe d’habitation) pèse plus sur le propriétaire dans le cas de la location courte durée. 

À cela, il faut ajouter le risque de ne pas trouver de locataire, qui permet de vivre de manière plus ou moins sereine son investissement. En effet, une location courte durée comporte un risque de vacance élevé, avec un taux moyen de 49% tandis que pour les locations mixte ou longue durée, il y a de faibles chances de se retrouver avec un logement vide. 

Sur le même thème

Airbnb immobilier Investir dans l'immobilier Investissement locatif Location Airbnb

Réactions et commentaires

Sur la même thématique