Se connecter S’abonner

Location: 38% des propriétaires craignent de ne pas recevoir leur loyer

La crise sanitaire et économique a compliqué la situation financière de nombreux ménages, ce qui inquiète les propriétaires. 
Immobilier immeuble propriétaire locataire loueur

L’épidémie de coronavirus a touché 81% des projets locatifs, selon SeLoger. Que ce soit une annulation, un retard dans les démarches ou un report, les propriétaires bailleurs ont déjà subi les conséquences de la crise. Il était, pour certains, difficile voire impossible de trouver des personnes pour occuper leur logement. Le confinement et le chômage partiel ont, par ailleurs, créé une plus grande précarité des ménages, ce qui fait craindre à 38% des propriétaires des impayés de loyer. 

Une inquiétude moins répandue que pendant le confinement 

Quatre loueurs sur dix redoutent de ne pas recevoir leurs loyers dans cette période particulière. « Le besoin de sécuriser leurs revenus locatifs est une préoccupation récurrente des propriétaires bailleurs », explique la porte-parole de SeLoger Séverine Amate. Cette inquiétude est toutefois moins pressante que pendant le confinement. En effet, un bailleur sur deux craignait alors des impayés de loyer. 

Il faut croire que cette inquiétude est fondée puisque le numéro national « SOS loyers impayés » a observé une nette augmentation des appels : de 1 475 appels en janvier à 3 864 en avril. Au mois de mai, 2 604 locataires ou propriétaires bailleurs en difficulté ont contacté le service, selon le dernier baromètre de l’Anil (Agence nationale pour l’information sur le logement). 

A LIRE >> Coronavirus: la location courte durée devient moins rentable

Près d’un Français sur deux a vu ses revenus baisser 

Près de 47% des Français ont constaté une diminution de leurs revenus avec l’épidémie et cette précarisation touche surtout les 25-44 ans qui sont 53% à déclarer des revenus en baisse, selon une étude de la filiale d’ING Bank Yolt. Fin juin, Action Logement a débloqué une aide de 100 millions d’euros pour les salariés du privé ou les chômeurs en difficulté. 150 euros par mois peuvent être versés pendant deux mois à ceux qui gagnent moins d’un smic et demi, et qui ont perdu au moins 15% de leurs revenus. La demande est à faire en ligne sur le site d’Action Logement.