Se connecter S’abonner

Coronavirus : Pierre & Vacances arrête temporairement de payer les loyers de ses résidences

Impacté par la pandémie, le groupe de résidences touristiques arrête temporairement d’en payer les loyers. L’ouverture d’une procédure de conciliation auprès du tribunal de commerce de Paris a été sollicitée.

 

Mas des Herbes Blanches Maranatha l'AMF
Une des chambres du mas des Herbes Blanches appartenant au groupe hôtelier Maranatha, condamné par l’AMF. Crédits: Maranatha

Pierre & Vacances va suspendre le paiement des loyers aux propriétaires de ses maisons et appartements de tourisme. Le groupe, qui comprend également les domaines Center Parks, se trouve en difficulté financière à cause de la crise sanitaire. L’annonce a été faite par un communiqué, le 15 février, une dizaine de jours après l’ouverture d’une procédure de conciliation à l’amiable ouverte auprès du tribunal de commerce de Paris, dans l’objectif de « mener des discussions amiables avec les principaux partenaires du groupe »

Des activités lourdement impactées par la pandémie

« À l’instar de la totalité des acteurs de l’industrie du tourisme, la persistance de la pandémie et ses mesures restrictives en cascade continuent depuis près d’un an à impacter lourdement les activités du Groupe Pierre & Vacances-Center Parcs », écrit l’administration de l’entreprise. Pierre & Vacances cite plusieurs difficultés, notamment l’arrêt des remontées mécaniques, la fermeture des espaces aquatiques, des restaurants et l’interdiction des activités de loisirs intérieures. 

Face à une crise sanitaire qui se prolonge indéfiniment, les perspectives de réautorisation de ces activités et de réouvertures complètes des domaines paraissent incertaines. En attendant, l’entreprise se retrouve coincée, elle doit en effet payer les loyers des propriétaires de ses résidences, mais n’enregistre aucune rentrée d’argent. Pour bénéficier de quelques mois de répit financier, « le groupe suspend provisoirement le règlement des loyers des partenaires concernés par la conciliation », peut-on lire dans le communiqué. 

Quatre mois de conciliation 

À la fin des quatre mois de conciliation, qui peuvent être prolongés d’un mois supplémentaire, rappelle Le Monde, le groupe Pierre & Vacances-Center Parcs devra trouver un moyen de rembourser ses dettes auprès de ses créanciers et partenaires. Dans un communiqué daté du 2 février, l’administration précise que « l’étude des mesures de renforcement des fonds propres du groupe se poursuit »