Se connecter S’abonner

Locations touristiques : la montagne renoue presque avec le niveau d’avant-crise

Les vacances d’hiver ne sont pas terminées, mais déjà la montagne – et tout particulièrement les Alpes – renouent avec des taux de réservation proches de ceux observés en 2020, avant le début de la pandémie.

immobilier
Crédit : iStock.

Les Français ont retrouvé les pistes de ski à l’occasion des congés d’hiver. Selon une étude de PAP sur les locations touristiques, publiée mardi 15 février, la montagne retrouve son niveau d’avant-crise, mais avec des situations contrastées selon les massifs, après une année 2021 marquée par la fermeture de l’ensemble des remontées mécaniques et infrastructures de ski. Ainsi, si les Alpes ont compté deux réservations sur trois à la montagne, elles restent encore déficitaires par rapport à 2020. 

Quant aux « massifs de reports de l’hiver 2021 », qui avaient tiré leur épingle du jeu parce qu’ils n’étaient pas orientés à 100% sur la pratique du ski, ils sont à la peine par rapport à l’an dernier. C’est notamment le cas des Vosges et du Jura, qui renouent cet hiver avec leurs niveaux de 2020. Le Massif central, lui, fait figure d’exception puisqu’il poursuit sa progression, mais de façon plus lente. Les Pyrénées ne sont pas en reste, même si dans ces deux massifs les volumes de locations ne sont pas comparables avec ceux observés dans les Alpes.

Plus de réservations à la dernière minute

Les Alpes concentrent 65% des réservations contre 75% avant le début de la pandémie. Mais les Pyrénées et le Massif central pèsent de plus en plus lourd sur le marché des locations touristiques, avec 8% et 20% des parts de marché. Cette évolution tient au fait que la demande n’est plus exclusivement entretenue par la pratique intense du ski. Ainsi, les réservations dans des stations où les forfaits de remontées mécaniques sont très coûteux et où les activités autres que le ski sont peu développées séduisent moins. Par ailleurs, la baisse du pouvoir d’achat touche également une partie des Français qui partent aux sports d’hiver. L’étude met également en avant un autre phénomène : les réservations faites à la dernière minute sont beaucoup plus fréquentes qu’auparavant.