Se connecter S’abonner

Immobilier locatif : les femmes propriétaires pas logées à la même enseigne que les hommes

Une étude de la néo-agence Flatlooker montre que les inégalités de revenus salariaux entre les hommes et les femmes se retrouvent quasiment à l’identique dans les revenus locatifs.

égalité salariale
Crédit: iStock.

L’immobilier locatif est lui aussi révélateur des inégalités hommes-femmes. A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, qui se tient ce 8 mars, le site Flatlooker publie les résultats d’une étude réalisée auprès de ses clients. L’objectif : connaître la proportion de femmes parmi ses propriétaires bailleurs, le type de logement acheté et le revenu moyen qu’il génère chaque mois. Dans l’ensemble, la néo-agence a constaté que les inégalités de revenus salariaux entre les hommes et les femmes se retrouvent quasiment à l’identique dans les revenus locatifs. 

35% de femmes propriétaires 

Ainsi, sur une base de plus de 2.000 clients (détenteurs de logements en pleine propriété), Flatlooker a dénombré seulement 35% de femmes parmi les propriétaires bailleurs. Les hommes détiennent 20% de plus d’immobilier que les femmes, et leurs revenus locatifs sont plus élevés de 16%.  A noter que les propriétaires Flatlooker sont plutôt jeunes. Ils ont en moyenne 40 ans alors que chez les acteurs traditionnels, les propriétaires bailleurs ont environ 61 ans. « Nous disposons donc, à notre échelle, d’une projection de ce que seront plus tard les inégalités sur le marché », estime Nicolas Goyet, fondateur de Flatlooker.  

42 ans et 42 m² loués 1000 euros 

Parmi les propriétaires Flatlooker, les femmes qui investissent en immobilier ont 42 ans en moyenne. Elles possèdent des biens de 42 mètres carrés, loués environ 1000 euros. Sur ce point, l’égalité semble au rendez-vous. « Bien que les femmes investissent en moyenne 2 ans plus tard que les hommes, leur profil d’investisseur est quasiment identique à celui des hommes : les surfaces et les loyers de leurs investissements sont identiques », conclut Nicolas Goyet.