Se connecter S’abonner

« Redonner confiance en l’investissement locatif »

Par Magalie Safar, cofondatrice de Koliving.

Magalie Safar, cofondatrice de Koliving.

Selon l’Insee, 40% des Français sont locataires de leur logement. Si la part des Français propriétaires de leur résidence principale n’a cessé d’augmenter sans interruption de 1980 à 2014, nous assistons à un net ralentissement. Cependant, un fait reste inchangé, à savoir que louer un logement pour un bailleur ou pour un locataire relève toujours des mêmes grandes difficultés. Risque locatif et insécurité pour les uns, temps longs et inégalité pour les autres.

Des progrès sur la transparence et inclusivité, même si certains usages persistent

Certaines pratiques, illégales, persistent dans le monde de la location et ce, malgré le nombre de dénonciations. A cela s’ajoutent des durées de recherche parfois très longues pour les locataires, tandis que l’Insee estime qu’environ 8% du parc immobilier est vacant. Une situation paradoxale qui se justifie particulièrement par la prise de risque que de louer un logement. Des risques, tels qu’un problème de garants, une caution élevée, une situation professionnelle instable, que de nombreux propriétaires bailleurs ne souhaitent pas ou plus courir. Il devient alors important de créer un cercle vertueux qui va rétablir la confiance entre les propriétaires bailleurs et les locataires afin de fluidifier un marché en tension. Le bloc tech fait partie de ces leviers sur lesquels les proptech s’appuient pour développer des offres innovantes et de confiance. Seule la solvabilité du locataire est analysée, excluant d’office les critères illégaux et subjectifs.

Pour les locataires, la simplification des outils innovants permet d’améliorer son accession à un logement grâce à l’accélération de la recherche de logement et l’ensemble de son processus comme la visite (en visio), le dépôt de dossier en ligne, une réponse instantanée et enfin paiement en ligne du premier mois. Quant au propriétaire bailleur, l’atout principal est de créer une relation de confiance avec le locataire, notamment en ce qui concerne les impayés. Les assurances couvrent ce risque avec des conditions parfois très restrictives, et en particulier sur la situation socio-professionnelle du locataire. Certains propriétaires bailleurs préfèrent alors ne plus mettre leur bien en location, le laissant vacant.

La clé de voûte de l’investissement locatif

Le rendement locatif, qui s’opère via le paiement du loyer et la durabilité du bien, reste l’objectif de l’investisseur locatif. Cependant, une mise en location lente ou mal diligentée peut mettre à risque l’investissement. Le modèle de la location saisonnière a, par exemple, été mis à mal lors des confinements où de nombreux investisseurs ont dû payer leurs traites sans entrer d’argent. En alliant le renouvellement de l’expérience locataire et les exigences de sécurité (vérification de l’authenticité du dossier, etc), certaines plateformes proposent leur service pour traiter le risque locatif à la base et créer de la sécurité pour le bailleur. Ainsi, en récupérant toute la gestion locative, elles garantissent des revenus réguliers et sécurisés. La contrepartie financière est une commission de 4 à 7% des loyers.

La situation actuelle exclut toujours plus de Français à l’acquisition de leur bien. La location ne doit pas être un parcours du combattant mais une expérience de vie. L’émergence de nouveaux acteurs permet de bousculer les codes du secteur pour plus de profitabilité, d’optimisation, de transparence dans l’immobilier.