Loyer : la non revalorisation peut vous coûter cher si vous êtes propriétaire ou vous faire gagner beaucoup si vous êtes locataire

La revalorisation annuelle des loyers est loin d’être automatique. La moitié des propriétaires qui louent en direct ne l’appliquerait pas selon une étude.

Les augmentations sont fixées par l'indice de référence des loyers (IRL). Crédit: Istock

Êtes-vous un locataire chanceux, qui ne connait pas d’augmentation de son loyer ? D’après une étude de Smartloc, un site internet qui aide les bailleurs à gérer leur location en direct, relayée par Lavieimmo.com, près de la moitié des propriétaires inscrits sur la plateforme ne revalorise pas le loyer de leur bien chaque année, à la date anniversaire du bail.

Inflation en hausse

En France, les augmentations de loyer sont fixées par l’indice de référence des loyers (IRL). L’augmentation peut s’appliquer à la date anniversaire du bail, lors d’une date de révision prévue dans le bail, ou lors de la relocation, sous certaines conditions. Cet indice est calculé par rapport à l’inflation (hors tabac et loyers). Comme cette dernière a tendance à s’amplifier ces derniers temps, l’IRL aussi. Ainsi, au dernier trimestre 2018, l’IRL a augmenté de 1,74% par an.

Des millions d’euros de manque à gagner

D’après les observations de Smartloc, la non-revalorisation peut être intéressante pour le locataire, en prenant en compte le dernier IRL : jusqu’à 138 euros par an d’économisés pour un loyer à 660 euros par mois. Autre exemple, 209 euros d’économisés en une année pour un loyer non revalorisé de 1000 euros par mois. Du côté des propriétaires qui louent en direct, l’étude estime à 195 millions d’euros par an, le manque à gagner lié à la non revalorisation des loyers soit 136 euros par an et par bien en moyenne.

A LIRE >>> En Ile-de-France, la hausse des loyers accélère

Pour son étude, Smartloc peut s’appuyer sur sa base de données, soit 11 000 baux renseignés sur sa plateforme en ligne, avec la date de dernière indexation. Cette dernière doit être obligatoirement renseignée depuis la loi Alur de 2014 (sauf en cas de première location ou si le dernier loyer date de plus de 18 mois), avec le dernier loyer mensuel du bail précédent et sa date de versement. Sur les 11 000 baux renseignés, 48% ne sont pas indexés. Pour obtenir le chiffre de 195 millions, Smartloc a extrapolé au niveau national, en prenant en compte que 50% des 6 millions de logements du parc locatif privé sont gérés directement par les propriétaires et que le loyer moyen est de 660 euros par mois.

Sur le même thème

immobilier Location

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique