Crédit immobilier: c’est le moment d’emprunter !

Durée d’emprunt réduite, apport revu à la baisse, la situation est idéale pour ceux qui souhaitent accéder à la propriété.

La durée moyenne des crédits immobiliers accordés au premier trimestre se situe autour de 230 mois/ Crédit: iStock

« L’accès aux crédits immobiliers n’a jamais été rendu aussi facile par les établissements bancaires ». Ce constat est formulé par l’Observatoire du Crédit Logement/CSA dont les résultats ont été publiés mardi 16 avril.

Depuis le printemps 2018, certaines évolutions sont remarquables. Les taux des crédits immobiliers atteignent leur plus bas niveau depuis un an. Ces taux sont en légère baisse en février, à 1,44 % en moyenne pour l’ensemble du marché, après 1,45% en janvier. « Depuis un an, les taux des crédits immobiliers ont perdu 4 points de base et se maintiennent à un bas niveau. Inédits depuis 1974, les taux d’intérêt réels restent même négatifs pour le neuvième mois consécutif », rapporte l’Observatoire.

230 mois de crédits immobiliers

Autre point intéressant pour les acheteurs, l’augmentation des durées de crédit. Comme le détaille LCI, la durée moyenne des crédits immobiliers accordés au premier trimestre se situe autour de 230 mois soit un peu plus de 19 ans.

Une durée moyenne d’emprunt qui n’a jamais été aussi élevée. « Sur le marché de l’accession (acquisition d’une résidence principale), la part des prêts de plus de 25 ans atteint en février 41, 5 % de l’ensemble des prêts accordés », détaille les auteurs de l’étude. Depuis février 2018, les taux de base ont augmenté de 4 points de base sur l’ensemble du marché et de 5 points de base pour le marché de l’ancien pour 1,47% en février 2019.

Un apport réduit

Les établissements bancaires cherchent réellement à faciliter l’emprunt notamment en baissant l’exigence pour le niveau de l’apport personnel. LCI indique que les établissements prêteurs réclame, en moyenne un taux moyen d’apport de 14,4%. Un taux au plus bas depuis 1978.

« L’amélioration des conditions de crédit qui en a résulté a permis d’atténuer la détérioration de la solvabilité des ménages affectés par la hausse des prix de l’immobilier et par la dégradation des soutiens publics », concluent les auteurs de l’étude.

Sur le même thème

Banques Crédit immobilier immobilier

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique