Immobilier: les banques durcissent les conditions d’accès au crédit

Certains établissements deviennent de plus en plus restrictifs concernant les profils considérés comme moins rentables.

Les banques durcissent les conditions d'accès au crédit immobilier. Crédit : ©Istock

Les taux bas renforcent la méfiance des banques. En effet, en cette fin d’année, les établissements ont choisi de durcir les conditions à l’accès au crédit immobilier. C’est ce qui ressort d’une étude du spécialiste du courtage en crédit Vousfinancer, et publiée par BFM Business.

Selon le rapport, 95% des courtiers du réseau estiment que les banques s’inscrivent aujourd’hui dans cette tendance. Ils n’étaient que 64% l’an dernier à la même époque. Si les banques accordent toujours des crédits à des taux records aux profils les plus intéressants, « certaines sont plus restrictives pour les profils considérés comme moins rentables pour elles à ce niveau de taux… », pointe l’étude.

Négociations plus difficiles

Ainsi, en cette fin d’année, les écarts de taux et d’accès au crédit immobilier se creusent. « Pour certains, nous avons des difficultés à obtenir un accord de financement par manque d’apport notamment », explique Jérôme Robin, directeur général de Vousfinancer.

A LIRE >>> Réduction du prêt à taux zéro: le gouvernement ferait des compromis

Difficile pour l’heure de savoir si cette tendance s’inscrira dans la durée, mais en cette fin d’année, les banques se focalisent sur les meilleurs profils au détriment des plus modestes. 46% des courtiers estiment ainsi disposer d’une marge de négociation moins importante, contre 30% l’an dernier.

Le phénomène pourrait être lié au fait que la plupart des établissements ont déjà atteint leurs objectifs annuels. Mais certains craignent que cette politique ne dure tant que les taux de crédit immobilier resteront au plus bas. Face à l’afflux de demandes et aux marges plus faibles, les banques se font, en effet, de plus en plus sélectives.

Remonter les taux

La surchauffe du crédit immobilier inquiète au niveau français et européen, soulignent Les Échos. Le Haut Conseil de stabilité financière a publié son diagnostic le 1er octobre. Dans son rapport, il estimait ainsi que « la profitabilité des crédits à l’habitat fragilise le secteur ». 

A LIRE >>> Crédit immobilier: 4 indices qui prouvent que la fête n’est pas finie pour les acheteurs

Vousfinancer estime ainsi qu’il serait presque préférable que les taux remontent légèrement, mais durablement, avec des hausses comprises de 0,10 à 0,30%. Un mécanisme qui, de façon paradoxale, permettrait d’assurer un plus large accès au crédit, à des taux toujours très favorables.

Sur le même thème

Banques crédit Crédit immobilier Taux crédit immobilier

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique