Se connecter S’abonner

Crédit immobilier: quels gains espérer lors d’un rachat?

De nombreux frais sont à prendre en compte lors de la renégociation. Une baisse du taux d’un point suffit à les régler.

Immobilier
Crédit: iStock.

Les taux des crédits immobiliers sont restés stables en février, comme l’a annoncé l’observatoire Crédit logement lors de la publication de ses chiffres mardi 3 mars. En effet, le taux moyen a été de 1,13%, toutes durées confondues. Ils sont donc nombreux à profiter de cette conjoncture pour renégocier leur crédit immobilier. Mais est-ce que cette opération est rentable, au vu des différents frais ?  

Le site MoneyVox s’est posé cette question : passer d’un crédit de 2,10% à 1,10%, c’est-à-dire obtenir un nouveau crédit d’un point inférieur au précédent suffirait à ce que l’opération soit rentable. Selon la porte-parole du courtier Meilleurtaux Maël Bernier, un écart de 0,70 point dans l’ancien et le nouveau crédit peut suffire dans certains cas. « Plus la durée de l’emprunt est longue, et plus le capital restant à rembourser est important, alors plus l’écart entre les taux peut être réduit », explique-t-elle.

A LIRE >>> Crédit immobilier: mauvais dossier? Jouez sur l’assurance!

Jusqu’à 1 000 euros de frais de dossier

Renégocier son crédit engendre de nombreux frais comme ceux liés à la garantie, la rémunération du courtier ou encore les frais de dossier que peut réclamer la nouvelle banque, qui sont au minimum de 500 euros et qui peuvent aller au maximum de 800 à 1 000 euros. Sauf chez les banques en ligne, qui ne facturent pas de frais de dossier sur ce genre de crédit. Au final, ces frais peuvent représenter entre 5% et 6% du capital restant dû, annonce MoneyVox.

A LIRE >>> Crédit immobilier: les courtiers ont de plus en plus la cote

Les emprunteurs, lors de leur renégociation, choisissent majoritairement de diminuer la durée de l’emprunt. Le gain espéré se fera, de fait, sur la diminution des intérêts. Les autres choisiront de diminuer les mensualités tout en gardant la même durée, pour favoriser leur pouvoir d’achat. D’autres gains sont à espérer lors du rachat sur l’assurance emprunteur, puisque le capital assuré est moindre.