Confinement: les détenteurs de prêts relais vont devoir compter sur la solidarité des banques

Le fort ralentissement du marché de l’immobilier pourrait devenir problématique pour les détenteur d’un prêt relais. Sur quels recours peuvent-ils compter?

Exceptionnellement, délai de rétractation a été allongé. Crédit: iStock.

Habituellement, un crédit relais simplifie l’achat d’un logement en attendant la vente du premier. Mais avec le confinement imposé dans le but d’endiguer la propagation du coronavirus, qui freine fortement les achats immobiliers, certains détenteurs se retrouvent avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. En effet, le crédit relais est une avance de 70 % de la valeur du logement à vendre, accordée par la banque, pour l’acquisition d’un nouveau bien.

Si nécessaire, le dispositif peut être complété par un crédit immobilier. Mais pour ce qui est du prêt relais, l’emprunteur n’a rien à rembourser pendant un an, puisque la banque accorde généralement un différé d’intérêts en attendant la vente du logement. Mais une fois ce délai passé, il faut avoir vendu et rembourser le crédit relais sans quoi le dispositif se transforme en prêt immobilier classique. 

Contacter sa banque

Pour les emprunteurs qui se retrouvent dans cette situation, « le premier réflexe à avoir est de prendre contact avec sa banque ou avec son courtier en crédit si on est passé par son intermédiaire pour repousser l’échéance prévue », expliquent au Monde Bruno Rouleau, porte-parole du courtier In & Fi, et Philippe Taboret, directeur général adjoint du courtier Cafpi.

A LIRE >> Crédit immobilier: des banques prêtes à repousser les échéances de remboursement

Si les établissements bancaires ont la possibilité d’accorder un délai de douze mois supplémentaire, rien ne les y contraint. En raison du caractère exceptionnel de la crise sanitaire et de ses répercussions, « espérons qu’elles accepteront ces reports, qui ne sont pas automatiques. Pour l’instant, elles sont plutôt polarisées sur les entreprises », indique au quotidien Perrine Gautheron, responsable de l’agence immobilière Les Villas, à Bordeaux, dont quelques clients sont touchés par cette situation.

Allongement du délai de rétractation

Quant à ceux qui viennent de signer un compromis de vente, ils peuvent prendre le temps de la réflexion grâce à la décision du gouvernement d’étendre la durée du délai de rétractation. Il court désormais jusqu’à un mois après la fin de l’état d’urgence sanitaire quand, habituellement, il est de dix jours. En 2018, les crédits relais représentaient 4,2 % du total de la production de crédits, selon les dernières statistiques de la Banque de France.

Sur le même thème

Crédit immobilier prêt

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique