Se connecter S’abonner

Immobilier: les banques acceptent de nouveaux prêts et augmentent leurs taux

Les délais sont rallongés et les taux augmentés, mais les banques reprennent doucement leur activité de crédit, selon les courtiers Vousfinancer.

Le marché immobilier reste en pause pendant le confinement, la perspective de la fin, prévue pour le 11 mai, pousse les banques à reprendre progressivement leurs activités. Ainsi, selon les courtiers Vousfinancer, les établissements prennent de nouveaux dossiers pour les prêts immobiliers. Anticipation des risques oblige, les banques filtrent les dossiers les plus solides en ne dépassant pas l’endettement de 33%. 

70% des banques traitent les nouveaux dossiers 

« On estime que 70 % des banques peuvent désormais prendre les nouveaux dossiers de prêts », écrit Vousfinancer. Le traitement des nouvelles demandes de crédit recommence, mais de façon plus lente. Une grande partie des agents bancaires est en télétravail et d’autres sont en arrêt maladie. Il faut ainsi trois semaines pour voir son dossier traité contre une semaine à dix jours en temps normal. C’est l’ensemble de la chaîne qui est actuellement ralentie, mais heureusement fonctionne », détaille la porte-parole de Vousfinancer Sandrine Allonier.

En réaction à cette période d’incertitude et de risques économiques, les banques font monter leurs taux de prêt. Selon les courtiers, une vingtaine de banques ont augmenté leurs taux de 0,20%, mais certains établissements vont jusqu’à une hausse de 0,50%. « Elles anticipent une hausse des risques sur les entreprises et par conséquent les profils qui seront financés ce qui pèse également sur les taux », explique Sandrine Allonier. 

A LIRE >> Banque: les étudiants peuvent emprunter à taux zéro à la BNP Paribas

Les demandes chutent 

Si l’activité reprend doucement, les emprunteurs ne se ruent pas sur les banques pour des demandes de prêt pendant le confinement. La demande a forcément chuté. Les trois premières semaines du mois d’avril ont vu les dépôts de dossier baisser de 78% par rapport au mois d’avril de l’année dernière. Vousfinancer note une grande disparité selon les régions : en Bretagne et en Nouvelle Aquitaine, la baisse est de 30% alors que dans le Grand est, les demandes de prêts chutent de 89%.