Se connecter S’abonner

Crédit immobilier : en octobre, les taux oscillent entre légère baisse et stabilité

Si certaines banques maintiennent leurs taux, d'autres les baissent de 0,5 à 0,10%, selon Vousfinancer.

La rentrée est un moment traditionnel de ralentissement du marché immobilier. Si les potentiels acquéreurs ont été particulièrement enthousiastes cet été, il semblerait que la demande ait baissé au mois de septembre, selon une récente étude. Cependant, la légère baisse des taux d’emprunt au mois d’octobre, conjuguée à la hausse des taux d’usure pourrait changer la donne, constate Vousfinancer.

Aucune augmentation des taux

Au niveau des crédits immobiliers, les taux ne connaissent pas de grands changements au mois d’octobre. Une partie des banques ne les fait pas évoluer, tandis que les autres les diminuent, entre 0,5 et 0,10%. Les courtiers précisent qu’aucun établissement n’augmente ses taux de crédit.

Pourtant, la fin d’année est habituellement propice à une remontée des taux. « Mais cette année, compte tenu de l’accalmie sur le marché notée en septembre, mais également du manque de visibilité sur les mois à venir, tous les beaux dossiers sont actuellement bons à prendre », affirme Sandrine Allonier, porte-parole du site.

A LIRE >>> Immobilier : compromis de vente, promesse de vente… attention aux différences !

Remontée des taux d’usure

Au mois d’octobre 2020, les taux se situent à 1,10% sur 15 ans, 1,30% sur 20 ans et 1,55% sur 25 ans. Cependant, malgré des taux qui restent plutôt bas, emprunter n’est pas facile pour tout le monde. Les profils qui ne correspondent pas aux règles fixées par les autorités bancaires (moins de 33% d’endettement, apport conséquent) ont du mal à faire passer leur demande de crédit.

Cette situation pourrait évoluer avec l’augmentation des taux d’usure, constatée par Vousfinancer. A partir du 1er octobre, ce seuil calculé par la Banque de France a gonflé de 0,10% pour les prêts de 10 ans et plus. Pour ceux de plus de 20 ans, les taux s’affichent à 2,68%, après avoir atteint leur plus bas niveau historique au deuxième trimestre 2020 (2,51%).