Immobilier: dans quelles villes investir pour réaliser une bonne opération?

Le dynamisme du marché immobilier semble ne pas faiblir, si l’on en croit le baromètre publié par Le Parisien, avec une demande qui reste forte malgré une hausse des prix quasi générale.

À Bordeaux, avec une progression de 0,7% en un an, la hausse des prix est modérée. Crédit: iStock.

Il y a un an, Rennes et Strasbourg comptaient respectivement 16% et 18% d’acheteurs de plus que de vendeurs de biens immobiliers. Au 1er mars 2020, ces taux atteignaient 27% et 30%. De quoi donner le ton d’une tendance présentée par le baromètre immobilier publié ce vendredi 13 mars par Le Parisien. Interrogé par le quotidien, Thomas Lefebvre, le directeur scientifique du site Meilleurs Agents, estime que l’habituelle trêve hivernale n’a pas eu lieu. « L’heure est à un dynamisme digne des plus grands mois de l’immobilier », illustre-t-il.

À Paris, le franchissement de la barre des 11 000 euros pour un mètre carré n’a pas réfréné les élans des acquéreurs. Parallèlement, dans le courant du mois de février, les dix autres plus grandes villes de France auraient enregistré une hausse moyenne du prix de l’immobilier de 0,7%. Elle aurait même atteint 1% à Rennes, Lille et Lyon.

Les prix s’envolent à Angers et dégringolent à Mulhouse

En dépit des préconisations émises par le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) à la fin de l’année 2019, afin que les organismes prêteurs se montrent plus vigilants lors de l’accord des crédits immobiliers, le nombre de candidats à la propriété ne baisse pas.

A LIRE >> Coronavirus: peut-on arrêter de rembourser son crédit immobilier?

À Angers, par exemple, le prix moyen du mètre carré s’est envolé de 11,5% en un an, pour atteindre 2 265 euros. À Lyon, il a progressé de 11,20% (4 881 euros, alors qu’il y a cinq ans il coûtait 43,80% de moins, soit 2 744 euros). Du côté de Montreuil, la voisine de Paris, la hausse est de 10,20%, alors qu’elle atteint 8,9% à Lille et 8,6% à Nantes. Des augmentations plus raisonnables ont été constatées à Limoges (+3,3%), Metz (+1,5%), ou Bordeaux (+0,7%), par exemple. En revanche, les prix moyens diminuent à Nice (-0,1%), Saint-Denis (-0,4%), Rouen (-0,8%), Perpignan (-1,3%), Saint-Etienne (-2,4%), Le Havre (-3,7%) et Mulhouse (-4,8%)

Sur le même thème

immobilier Immobilier à Bordeaux Paris

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique