Se connecter S’abonner

Une nouvelle classification économique pour les SCPI

L’Aspim publie une nouvelle proposition de classification des SCPI, fruit de la réflexion avec des sociétés de gestion.

SCPI

On le savait, le monde des SCPI entend faire peau neuve sur un certain nombre de critères : rendements, notion de taux d’occupation financier ou liquidité, notamment. Mais la diversification croissante vers de nouvelles typologies d’actifs force aussi les sociétés de gestion à faire bouger les lignes sur leur classification. Alors que de nouvelles thématiques telles que l’hôtellerie, la santé, l’éducation, la logistique et le résidentiel géré ont pris une part croissante dans l’univers d’investissement des fonds, l’Association française des sociétés de placement immobilier (Aspim) et nombre de sociétés de gestion ont souhaité « définir une segmentation économique des SCPI et OPCI grand public plus explicite et permettant une meilleure comparabilité entre les véhicules ».

Un relooking pour ces véhicules qui ont collecté 5,2 milliards d’euros depuis le début de l’année, dont 1,5 milliard au seul troisième trimestre. Un montant en hausse de 15% comparé à la même période en 2020, mais inférieur de 15% aux neuf premiers mois records de l’année 2019.

Sept typologies distinctes

Résultat de cette réflexion de Place, une segmentation du marché selon sept typologies prépondérantes d’investissement : bureaux ; commerces ; résidentiel (dont géré) ; logistique et locaux d’activité (dont locaux industriels) ; hôtels, tourisme et loisirs (dont hôtellerie plein-air) ; santé et éducation (dont Ehpad, centres de santé, écoles et crèches) ; et enfin les « alternatifs », c’est-à-dire toute typologie n’entrant dans aucune des propositions précédentes, comme les infrastructures.

De nouveaux seuils doivent définir les SCPI « diversifiées ». Ainsi, une stratégie immobilière d’un fonds d’investissement pourra être qualifiée de diversifiée seulement si le fonds cible au moins trois typologies d’actifs différentes, sans qu’aucune ne dépasse 50% de l’allocation totale en valeur.

La classification est définie par la société de gestion elle-même sur la base de la composition effective du patrimoine du fonds ou sur la base de la politique d’investissement décrite dans la documentation commerciale pour les fonds en phase de création, précise l’association.