Se connecter S’abonner

SCPI : objectifs de rendement dépassés pour Corum en 2021

La société de gestion a annoncé ce jeudi 13 janvier de bonnes performances pour ses SCPI, ainsi que ses fonds obligataires et son contrat d’assurance vie en 2021.

Corum

Les fonds de Corum L’Epargne ont passé sans encombre la crise du Covid-19. Les trois SCPI de la société de gestion, qui affiche désormais 70.000 épargnants et près d’1 milliard d’euros d’encours gérés, ont une fois de plus atteint, et même dépassé, leurs objectifs en 2021. Corum Origin affiche ainsi 7,03% (pour un objectif de 6%) et un taux de rendement interne (TRI) sur 10 ans de 6,60%, Corum XL 5,84% (objectif annuel de 5% et objectif à 10 ans de 10%) et Corum Eurion 6,12% (objectif annuel et objectif à 10 ans de 4,5%).

La collecte nette globale s’est établie à 720 millions d’euros pour les trois SCPI de la gamme. « Dans un contexte économique encore incertain, le taux d’occupation des immeubles s’est maintenu à un très haut niveau (taux d’occupation financier de plus de 96 % pour Corum Origin et de plus de 99 % pour Corum XL et Corum Eurion) », précise la société de gestion.

Fonds obligataires et contrat d’assurance vie performants

En 2021, les quatre fonds obligataires de Cotum L’Epargne ont tous performé, quoique pour certains moins que l’année précédente : Corum BCO affiche 3,86% (2,08% en 2020), Corum BEHY 4,27% (3,24% en 2020), Corum Butler Smart ESG 2,65% (17,19% en 2020 et Corum BSD 2,15% (10,54% en 2020). Enfin, le contrat d’assurance vie de Corum L’Epargne Corum Life, 100% en unités de compte (UC), a servi selon le support choisi entre 3,8% et 5%. A noter que le fonds en euros annoncé par le groupe l’an dernier n’a pas vu le jour, mais reste toujours au programme.

Quid de 2022 ? L’inflation ne semble pas effrayer outre mesure Corum, peu exposé à l’endettement et donc au risque de taux. Le groupe compte par ailleurs dans cet environnement continuer à proposer des rendements élevés sur ses produits. « Ce qui va par définition protéger » les épargnants, explique Frédéric Puzin, président de Corum L’Epargne, pour qui « sauf accident, 2022 devrait être la suite logique de 2021 ».