Se connecter S’abonner

Arnaques : alerte aux fausses SCPI !

Les escroqueries en matière de souscription de parts de SCPI se développent, et sont de mieux en mieux ficelées. La plateforme France SCPI fait part de l’une d’elles particulièrement bien rodée.

SCPI
Crédit: iStock.

Les plateformes de distribution de SCPI elles-mêmes s’en alarment publiquement. Les arnaques à la SCPI explosent, et si elles ne sont pas nouvelles, elles sont de mieux en mieux ficelées. De nombreux épargnants expliquent avoir été démarchés par des entreprises n’hésitant pas à usurper leur identité, afin de mieux escroquer leurs victimes. Après le groupe Euodia avec son portail SCPI-8.com, dernièrement, c’est la plateforme France SCPI qui a alerté sur les réseaux sociaux contre une société nommée « SCPI-France », proposant des parts de la société de gestion Corum L’Epargne à prix réduits. « Au-delà de l’usurpation d’identité d’entreprise signalée aux autorités et à l’Autorité des marchés financiers (AMF), nous déplorons la détresse dans laquelle certains se retrouvent après avoir déjà viré des sommes importantes », explique la plateforme.

Arnaque de mieux en mieux rodée

Une escroquerie qui tend malheureusement à se répandre de plus, vu les bonnes performances des SCPI et leur succès auprès des épargnants. « Entre les marchés actions volatiles et les placements bancaires à faible rendement, la pierre papier représente l’équilibre rendement-risque parfait pour les investisseurs, explique France SCPI. Certains acteurs peu scrupuleux l’ont bien compris : à l’instar du bitcoin, propice aux escroqueries car non régulé, les SCPI connaissent de plus en plus d’arnaques avec des sites parfois très bien pensés ».

Le mode opératoire de ces escrocs est simple et efficace. En témoigne l’une des dernières arnaque en date constatées par la plateforme, et que Mieux Vivre Votre Argent a pu consulter : « L’épargnant est appâté avec un produit phare du secteur : une SCPI de Corum, proposée avec un prix décoté : 990 euros contre 1090 euros, explique Paul Bourdois, cofondateur de France SCPI. Il est précisé qu’un client veut vendre ses parts rapidement et qu’on peut vous faire un prix. Ensuite, un règlement bancaire est demandé, en l’occurrence sur un RIB domicilié au Luxembourg, et la victime ne revoit plus jamais les fonds versés. Si beaucoup d’épargnants se méfient, certains se laissent prendre au piège ». L’un d’entre eux aura perdu dans cette affaire 10.000 euros.

Comment éviter de se faire avoir ?

Quels conseils pour éviter de laisser prendre au piège ? Première règle, commune à la vigilance pour tous types de placements : se méfier d’une offre trop alléchante, d’une décote trop importante, de frais de souscription gratuits ou d’un capital garanti – ce qui n’est jamais le cas en matière de SCPI. En l’occurrence, la missive promettant un rendement supérieur à 10% alors que la moyenne de marché tournait autour de 4,20% en 2020. Deuxièmement : se rendre sur le site lui-même, et vérifier toutes les mentions obligatoires : un numéro Siret, le statut de Conseiller en investissement financier (CIF), obligatoire, ainsi que le numéro d’inscription à l’Orias.

Attention, sur le mail d’entrée en relation frauduleux, on retrouvait tous ces éléments, reproduits à l’identique. D’où la troisième mise en garde de France SCPI : appeler directement la plateforme via son site Internet, et vérifier le contenu de ce qui a été proposé par mail ou téléphone. De même, gare au surplus d’éléments destinés à tromper, comme en l’espèce un tampon français à l’effigie de Marianne. Enfin, un virement à l’étranger doit inspirer la méfiance. En général les SCPI n’ont pas de compte à l’étranger, même si beaucoup y possèdent des immeubles.