Se connecter S’abonner

Sogenial : « notre SCPI Cœur de Régions a franchi un cap en 2021 »

Trois questions à Jean-Marie Souclier, directeur général de Sogenial.

Jean-Marie SOUCLIER – SOGENIAL IMMOBILIER ©Antoine MERCUSOT

Quel bilan dressez-vous de l’année 2021 pour vos SCPI et vos différents fonds immobiliers ?

Jean-Marie Souclier : Pour Sogenial, ce fut une belle année de développement au cours de laquelle nous avons lancé avec succès une nouvelle SCPI, Cœur d’Europe, commercialisé un fonds paneuropéen de droit luxembourgeois, Venture Real Estate Fund, et créé de nouveaux fonds de type OPPCI. Autre avancée majeure : le changement de dimension de Cœur de Régions. Créée en 2018, notre SCPI phare, qui investit sur des actifs diversifiés dans toute la France, a atteint l’âge de maturité : sa capitalisation s’élève à 73,63 millions d’euros au 31 décembre, plus que doublé sur douze mois. Grâce à des investissements judicieux et à une bonne concordance entre l’acquisition de nouveaux immeubles et la collecte, le taux de distribution de ce produit s’est légèrement amélioré par rapport à 2020, à 6,43 %. En tenant compte de la revalorisation de la part (1,73 %), Cœur de Régions a même dégagé un rendement global de 8,16 %.

Votre autre SCPI, Cœur de Ville,  ne suit pas le même rythme…

J-M. S. : Effectivement, la collecte a été plus timorée pour Cœur de Ville que pour son aînée, et ce en raison de la faible appétence des investisseurs pour la classe d’actif du commerce, tous formats confondus. Pour autant, les performances du fonds n’ont pas à rougir. Elles sont même dans le haut du panier de sa catégorie : à 5,30 % en 2021, son taux de distribution s’est maintenu stable d’une année sur l’autre. L’amélioration de nos indicateurs de gestion s’est confirmée. Ainsi, le taux d’occupation financier de Cœur de Ville s’est hissé à 95,2 % à comparer à un niveau de 88,71 % un an plus tôt. Quant au taux de recouvrement, il se rapproche de 100 %. L’impact de la crise s’est donc complètement estompé pour notre SCPI de commerce, qui a poursuivi sa politique d’investissement opportuniste avec des signatures présentant un rendement acte en mains de 7,67 %, en adéquation avec nos objectifs. J’ajoute qu’avec la loi Climat, qui entérine l’objectif de zéro artificialisation des sols à horizon 2050, les commerces existants des périphéries des villes, comme ceux des centres-villes, deviennent des actifs rares, susceptibles de se valoriser dans le temps. C’est un atout indéniable pour Cœur de Ville.

Quels projets nourrissez-vous pour 2022 ?

J-M. S. : En priorité, nous ambitionnons de poursuivre le développement de nos fonds existants. L’accent sera mis sur la sélectivité de nos investissements, en évitant les effets de mode et les actifs de taille trop grande sur lesquelles la concurrence se bouscule. Small is beautiful ! Pour accompagner cette politique, nous n’hésiterons pas à recourir au crédit, alors que l’inflation rend les taux d’emprunt particulièrement attractifs. Pour le reste, nous allons encore faire preuve d’innovation en lançant deux nouveaux fonds. Le premier, un fonds commun de placement à risque, misera sur des opérations de crowdfunding immobilier. D’une maturité courte, ce produit offrira un risque plus limité que pour le crowdfunding en direct grâce à la mutualisation des investissements et à notre capacité à sélectionner des plateformes et opérations, avec une approche prudente. Le deuxième sera dédié au patrimoine naturel, mais nous en reparlerons dans peu de temps…