Se connecter S’abonner

« L’immobilier se doit de devenir éco-responsable »

Trois questions à Marc Sartori, directeur de Deeptinvest.

Marc Sartori, directeur de Deeptinvest.


Pourquoi la durabilité des fonds immobiliers revêt-elle une importance majeure ?

Marc Sartori : Les SCPI et SCI font partie de l’un des secteurs les plus émetteurs de gaz à effet de serre en France : l’immobilier. Second apporteur de richesse dans notre société, l’immobilier se doit de devenir éco-responsable pour répondre aux urgences environnementales. Du côté sociétal, une gestion éthique des locataires favorise le bien-être d’une société et réduit le risque locatif. S’ensuit l’importance d’un système de gouvernance performant pour renforcer la viabilité de cette activité. Les SCPI durables se positionnent en avant du marché pour tenter de concilier toutes ces exigences. Les moyens sont divers (rénovation massive du parc existant, gestion de l’énergie, etc.), le tout en harmonisant la gestion des parties prenantes.

Dans quel état se trouve la réglementation des fonds immobiliers du point de vue socio-environnemental ?

M. S. :
Le label ISR Immo qui est une déclinaison du label ISR s’affiche comme la principale référence des gérants pour proclamer une gestion responsable des SCPI. Ce label fixe un cadre méthodologique au sein duquel les gérants peuvent aller piocher pour défendre leurs convictions en matière ESG (Environnemental, Sociale et Gouvernance). Toutefois, cette relative liberté au sein du cadre ISR Immo rend complexe la comparaison entre tous les fonds labellisés. La nouvelle législation européenne dite « SFDR » (Sustainable Finance Disclosure Regulation), qui va entrer en application au 1er janvier 2023, tente d’encadrer les communications extra-financières des gérants. Néanmoins, toutes ces approches subissent le même écueil : le besoin de disposer d’une approche commune et directement comparable entre les fonds. C’est la raison d’être des scores Deeptindex durable, que nous proposons en exclusivité avec Mieux vivre cette année encore. Nos outils poussent les gérants à se tourner vers des pratiques plus responsables grâce à nos classements, qui identifient les pistes d’améliorations et les réalisations des acteurs de la place. C’est une démarche de « best in progress » qui est ainsi mise en avant.


Quelle est la méthodologie de Deeptinvest ?

M. S. : L’information brute récoltée auprès des gérants dans les rapports d’activité diffusés et les questionnaires individuels que nous leurs soumettons chaque année, alimentent nos algorithmes segmentés en partie financière et extra-financière. 12 indicateurs durables renferment une soixantaine de critères ESG qui passent au crible le gérant et le patrimoine immobilier de chaque fonds. Cette méthodologie exclusive et commune à l’ensemble des SCPI permet de proposer une échelle de notation unique au marché. La notation durable est ainsi classifiée : 49 points pour l’approche environnemental de la SCPI et de son gestionnaire, 9 points pour la dimension Sociétale et 16 points pour le volet Gouvernance. Enfin, 26 points sont réservés à la prise en compte des risques liés aux événements climatiques qui pourraient venir impacter les des biens immobiliers propriétés de la SCPI.