Se connecter S’abonner

Immobilier : la proximité avec une bonne école dope les prix

La présence d’un bon établissement scolaire fait grimper les prix de l’immobilier dans les environs. C’est particulièrement vrai pour les lycées.

collèges parisiens
Crédit: iStock.

Un logement se vend plus cher quand il est situé à proximité d’une école, d’un collège ou d’un lycée jouissant d’une bonne réputation. Selon une étude publiée par Homadata, une société spécialisée dans la donnée immobilière, l’impact d’un lycée coté est le plus important. A Paris, il peut faire bondir les prix au mètre carré jusqu’à 25%, mais la moyenne se situe autour de 10%. L’influence moyenne d’un collège réputé est moindre, mais elle dope quand même le prix au mètre carré de 6%. « Ces variations peuvent monter jusqu’à 20% dans certains quartiers ayant des établissements très hétérogènes », précise le document.

Il met également l’accent sur le fait que la proportion de cadres est nettement supérieure dans les quartiers où sont situées les écoles les plus réputées. Dans ce cas, ils représentent 25% de la population, contre 17% dans ceux où les établissements scolaires ont une moins bonne image. Autour des établissements les moins bien cotés, les prix ont même tendance à être plus bas. « Les collèges accusant des taux de réussite les plus bas pâtissent d’un prix au mètre carré en moyenne inférieur de 7% », note l’étude.

Plus de services de proximité

Mais qui dit bonne école dit généralement plus de services à proximité. Homadata chiffre à +35% les services quotidiens proposés autour des meilleures écoles. Par exemple, les commerces de bouche seraient plus nombreux (18%), comme les infrastructures sportives (26%). « Les écoles se trouvent souvent au cœur des projets immobiliers. Et pour cause, les parents souhaitent offrir à leurs enfants la meilleure éducation et espèrent souvent leur permettre d’accéder aux établissements les plus ‘cotés’ », analyse la start-up.

Pour mesurer l’impact des établissements scolaires sur les prix de l’immobilier, elle s’est basée sur la comparaison des prix de deux logements de caractéristiques comparables, situés dans un même quartier, mais dont la sectorisation scolaire est différente.